20 Minutes : Actualités et infos en direct
FORMULE 1Dix places de pénalité pour Charles Leclerc au Grand Prix du Canada

Grand Prix du Canada : Charles Leclerc pénalisé de dix places, Ferrari dans le dur

FORMULE 1Après un début de saison prometteur, l’écurie italienne enchaîne les couacs que la pénalité de Charles Leclerc ne va pas arranger
Charles Leclerc est à la peine au volant de sa Ferrari cette saison.
Charles Leclerc est à la peine au volant de sa Ferrari cette saison.  - Jim WATSON / AFP / AFP
Aymeric Le Gall

A.L.G. avec AFP

Abandons multiples, stratégie ratée, fiabilité en question et désormais pénalité : après un début dominateur, Ferrari est distancée par Red Bull au tiers de la saison de F1 et les choses ne semblent pas s’arranger puisque, dimanche, Charles Leclerc partira avec un handicap de dix places au Canada.

Conséquence de la nouvelle casse de Bakou, l’unité de puissance jugée « irréparable » par la Scuderia a subi d’importants changements. Trop de changements à vrai dire : l’électronique de contrôle du moteur, changé une troisième fois déjà depuis le début de saison, contre deux pièces autorisées pour toute l’année, met Ferrari en infraction.

Pénalisé, Leclerc partira donc 11e (au mieux) dimanche. Pour la pole, Verstappen, qui n’avait pas besoin de ça, se battra avec son équipier Sergio Pérez et l’autre Ferrari, Carlos Sainz, peu à son aise en ce début de saison.

Pas dans la meilleure situation possible

Pour Leclerc, la sanction pourrait encore s’alourdir si le turbo de sa monoplace devait être changé à son tour (ce serait alors le quatrième, un de trop) et il le sera tôt ou tard. Si ce n’est à Montréal, ce sera pour une des prochaines courses européennes, causant une nouvelle pénalité. Après Bakou, le patron de la Scuderia Mattia Binotto ne voulait cependant pas dramatiser : « Nous n’avons pas été euphoriques au début de la saison, alors nous n’allons pas être abattus maintenant. »

« Il est évident que nous ne sommes pas dans la meilleure situation possible », avait relevé Leclerc vendredi matin, quand la sanction n’était pas encore tombée. « C’est à nous de choisir le meilleur circuit » pour prendre cette pénalité, avait-il poursuivi, expliquant que Montréal n’était pas une mauvaise option, en raison des possibilités de dépassements du circuit Gilles-Villeneuve.

Sujets liés