Dopage: La fédération britannique propose d'effacer tous les records du monde d'athlétisme

ATHLETISME La discipline regagnerait en crédibilité...

J.L. avec AFP

— 

Maria Savinova, championne olympique en 2012 avant de tomber pour dopage.
Maria Savinova, championne olympique en 2012 avant de tomber pour dopage. — Anja Niedringhaus/AP/SIPA

La Fédération britannique d'athlétisme (UKA) propose que les records du monde, qui ne seraient plus crédibles selon elle, soient effacés des tablettes, dans un «Manifeste pour un athlétisme propre» publié lundi sur son site. «Une plus grande transparence, des sanctions plus lourdes, des suspensions plus longues, et même la remise à zéro des compteurs sur les records du monde pour lancer une nouvelle ère, nous devons être prêts à tout mettre en oeuvre pour restaurer la crédibilité dans ce sport», affirme Ed Warner, le président de l'UKA, dans ce document qui développe 14 mesures.

>> A lire aussi: Dopage : Entraîneurs au parfum, labo clandestin et agents secrets, bienvenue en Russie

Ce document prône la suspension à vie pour ses athlètes convaincus de dopage afin qu'ils ne puissent plus représenter la Grande-Bretagne en compétition.«L'intégrité de l'athlétisme a été mis à l'épreuve comme jamais en 2015. La confiance dans ce sport est à son plus bas niveau depuis des décennies. L'UKA estime que le moment est venu pour des réformes radicales si nous voulons ramener la confiance», explique le président de l'UKA.

«L'athlétisme doit se comporter bien différemment pour se sortir de cette crise. Nous publions aujourd'hui ce manifeste. On ne reviendra pas à un sport propre dans lequel les gens ont confiance si on n'est pas préparés à être courageux, si on ne se donne pas les moyens de mettre les choses en place», poursuit Ed Walker.

Ce manifeste intervient à trois jours de la publication par l'Agence mondiale antidopage (AMA), prévue jeudi à Munich, de la 2e partie du rapport d'une commission indépendante sur les pratiques dopantes et les faits de corruption dans l'athlétisme. La première partie du rapport, publiée en novembre 2015, avait provoqué un séisme dans le monde de l'athlétisme, avec la révélation d'un dopage organisé en Russie et des accusations de corruption visant les plus hautes sphères de l'IAAF.