France-Finlande: Des Bleus soulagés mais lucides

Bertrand Volpilhac

— 

Didier Deschamps, lors de la victoire 1-0 de l'équipe de France contre la Finlande, le 9 septembre, à Helsinki.
Didier Deschamps, lors de la victoire 1-0 de l'équipe de France contre la Finlande, le 9 septembre, à Helsinki. — F.FIFE/AFP

De notre envoyé spécial à Helsinki

C’est un peu l’histoire du verre à moitié vide et à moitié plein. Pour un joueur de l’équipe de France qui a connu les soirées braisées d’Ukraine en juin dernier, comme Jérémy Ménez, ce succès 1-0 en Finlande est un «soulagement, une victoire importante pour la suite». Mais en analysant plus en profondeur la performance des Bleus de Deschamps, on se rend compte il n’y avait pas grand-chose dans le jeu pour réchauffer les spectateurs frigorifiés de l’Olympia Stadion d’Helsinki.

 

Deschamps, positiviste, reconnait simplement quelques minutes compliquées en fin de match. «On arrivait moins bien moins à garder le ballon devant et on s’est mis en difficulté sur quelques erreurs.» Au détour d’une phrase «sur la maitrise collective» dont ont fait preuve ses joueurs ce soir, Hugo Lloris avoue qu’en deuxième mi-temps, « on a eu un peu plus de mal parce que les Finlandais nous ont posé des problèmes». «Tactiquement ils étaient bien en place, on a eu du mal à trouver de la profondeur»  poursuit le capitaine des Bleus.

 

«Plus de présence devant la surface»

Plus que la profondeur, c’est toute l’animation offensive – composée ce soir de Ribéry, Benzema et Ménez - qui laisse à désirer. Comme face à l’Uruguay en match amical, comme à l’Euro, comme à la Coupe du monde 2010, comme depuis une éternité en équipe de France.

 

Deschamps en convient: «C’est le chantier le plus difficile. On fait de bonnes choses, de bons enchaînements… Par moments lorsqu’on a une position de centre, on devrait avoir plus de présence dans surface. Mais j’ai beau le dire, le répéter, le rerépéter…  On a fait choses intéressantes, mais on doit être capables de faire mieux.»

 

Ne noircissons pas non plus le tableau outre-mesure. Le trio Cabaye-Mavuba-Diaby a donné de belles promesses, la défense centrale a confirmé son potentiel. Et surtout, la France a gagné, ce qui n’est pas négligeable. «C’est une satisfaction, conclut Deschamps. Je suis content, c’est ce que j’ai dit aux joueurs. Ce n’est jamais évident de s’imposer à l’extérieur. Il y  aussi un équipe en face, qui n’est pas la meilleure au classement mondial, mais qui avait du répondant. Faut apprécier ce 1-0 à sa juste valeur.» Pour reconquérir le Stade de France face à la Biélorussie mardi, il faudra quand même en montrer un peu plus.