L'hermine ne veut plus plafonner

David Phelippeau
— 
L'entraîneur Guillaume Quintard ne devra pas rester les bras croisés avec les objectifs fixés par Pierre-Yves Bichon (à gauche) et Marcel Etienne (à droite).
L'entraîneur Guillaume Quintard ne devra pas rester les bras croisés avec les objectifs fixés par Pierre-Yves Bichon (à gauche) et Marcel Etienne (à droite). — F. Elsner / 20minutes

A l'Hermine, c'est un peu le premier jour de l'an en ce mois de septembre. C'est le moment des bonnes résolutions. Mais surtout des grandes ambitions. « Je laisse le soin des objectifs aux dirigeants...», balaie, très prudent, le coach Quintard. Le président Marcel Etienne ne se prive pas de prendre le manche : « Atteindre les play-offs c'est vital pour le club, les spectateurs et les partenaires. » Puis il va même plus loin : « Il faut passer en Pro A avant nos vingt ans de Pro B ! » Le calcul est simple : Nantes doit grimper dans les deux ans pour être dans les clous. Avec un budget (1,5 million d'euros) et une masse salariale identique (585 000 €) similaires à la saison dernière – terminée à la 13e place –, Quintard sait mieux que quiconque qu'il a du pain sur la planche. D'où sa nette sagesse à l'évocation des objectifs de la saison 2012-2013. Ce qui n'empêche pas le vice-président en charge du sportif Pierre-Yves Bichon d'en remettre une petite couche : « On a la salle à la Trocardière qui nous attend en 2015. Nos performances sportives doivent légitimer notre passage là-bas. » Etienne embraie : « Il faut être en haut du classement pour glaner d'autres partenaires. Si on était en Pro A, ça serait moins dur d'en trouver. »
Si elle avait voulu mettre la pression sur le coach, la direction ne s'y serait pas prise autrement. « Il ne faut pas se voiler la face, il y a de la lassitude vis-à-vis du club, explique Pierre-Yves Bichon. Soit on subit, soit on réagit. L'Hermine doit s'ouvrir aux autres clubs de l'agglo nantaise. Halte au fatalisme. On veut faire bouger les choses. L'objectif est sportif et populaire. Il faut atteindre 2000 spectateurs de moyenne [1600 la saison dernière]. » A trois semaines de la reprise du championnat de Pro B (le 28 septembre, réception d'Evreux à Mangin-Beaulieu), les défis sont bien lancés.