« En handisport, on a tous une histoire particulière »

— 

Romain Noble
Escrimeur handisport qui visera

l'or olympique à Londres.
Comment êtes-vous venu à l'escrime et au sport handicapé ?
Complètement par hasard. J'ai vu une affiche, je me suis inscrit et j'ai tout de suite accroché. J'ai la particularité d'avoir débuté l'escrime « debout », même si je souffre de naissance d'une malformation de la colonne vertébrale qui entraîne une atrophie des membres inférieurs. J'ai connu le handisport plus tard, en 2004, en passant mes diplômes d'entraîneur. Je me suis vraiment mis à la compétition en 2008 après les JO de Pékin.
Quelle vision aviez-vous

du sport handicapé ?
Je n'en pensais pas grand-chose. J'ai découvert ce monde par l'escrime. La richesse en handisport, c'est qu'on a tous une histoire particulière à raconter. On est moins stéréotypés que les athlètes valides qui sont tous jeunes et en bonne santé. Nous, il y a cet handicap qui nous détermine et fait un peu notre personnalité. Propos recueillis par Alexandre Pedro