Emilie Ménard entre en Jeux

— 

La Toulousaine évolue à l'ASMTH.
La Toulousaine évolue à l'ASMTH. — P.-L. Douere

La fête ce mercredi, la compétition jeudi. Emilie Ménard (30 ans) et ses onze coéquipières de l'équipe de France de basket fauteuil vont participer à la cérémonie d'ouverture des Jeux Paralympiques de Londres, avant d'attaquer le tournoi par un gros morceau. « On débute jeudi contre les Etats-Unis, puis on rencontrera la Chine, l'Allemagne et le Mexique », explique la sociétaire de l'Association sportive Muret-Toulouse handisports (ASMTH), paraplégique depuis un accident de la route à 18 ans.
Quatre des cinq équipes de la poule iront en quart de finale, l'objectif des Bleues, « Petits Poucets en terme d'expérience », selon Emilie Ménard. Jusqu'à présent, le sommet de la carrière de la jeune femme restait les Mondiaux d'Amsterdam, bouclés à la huitième place en 2006. Mais rien de comparable avec le faste des plus grands Jeux paralympiques de l'histoire (environ 4 200 athlètes). « C'est assez énorme, souffle la Toulousaine, assistante de communication chez le distributeur d'électricité ERDF dans le civil. Le village [le même que celui des récents Jeux olympiques] donne l'impression d'être une ville. »
Au grand dam des athlètes, la télé sera en revanche nettement moins présente que pour les JO. Gênant pour populariser une discipline encore marginale en France. « Vu de l'extérieur, notre sport est impressionnant. Il y a les mêmes contacts que chez les valides, le même terrain et le même panier. » Mais pas encore la même reconnaissance, loin de là.N. S.