Dessel, la bonne surprise

©2006 20 minutes

— 

Le porteur du maillot jaune au départ de Tarbes, le Français Cyril Dessel, s'est battu d'arrache-pied. En franchissant la ligne 4 min 45 sec après le trio de tête, il a laissé la place de leader à Landis par le jeu des bonifications.
Le porteur du maillot jaune au départ de Tarbes, le Français Cyril Dessel, s'est battu d'arrache-pied. En franchissant la ligne 4 min 45 sec après le trio de tête, il a laissé la place de leader à Landis par le jeu des bonifications. — Franck Fife AFP

Avant le départ de ce Tour 2006, peu de suiveurs auraient parié sur la présence d'un coureur français sur le podium provisoire au terme de la montée de L'Alpe-d'Huez. Dix-neuvième de l'étape à 3' 04” de Frank Schleck, le surprenant Cyril Dessel est fidèle au rendez-vous. Porteur du maillot jaune lors de la 11e étape, le Stéphanois avait pourtant bien mal débuté la mythique ascension de la station iséroise. « Au moment de passer sur le petit plateau, ma chaîne a sauté et je suis tombé en heurtant un spectateur, expliquait le coureur d'AG2R-Prévoyance. C'est rageant, car j'avais senti dans le col du Lautaret que les jambes tournaient bien. Après, c'était le début d'une longue course-poursuite. Avec le soutien des spectateurs et de mes coéquipiers, notamment Mikel Astarloza, j'ai pu revenir sur le groupe maillot jaune. C'était motivant, car je me disais que j'aurais pu suivre les meilleurs sans cet incident au pied. »

A l'heure d'aborder la grande étape alpestre d'aujourd'hui, Dessel est gonflé à bloc. « On va voir si les sensations seront encore au rendez-vous, confie le Français. En tout cas, je nage toujours en plein rêve. »

S. B.