ils ont des atouts dans leurs jeux

romain scotto

— 

De gauche à droite et de haut en bas : Bryan Coquard, Marlène Harnois, Joris Daudet et Audrey Tcheuméo.
De gauche à droite et de haut en bas : Bryan Coquard, Marlène Harnois, Joris Daudet et Audrey Tcheuméo. — M. SCHREIBER / AP / SIPALIANG XU / AP / SIPAA. BROWNBILL / AP / SIPADRESLING JENS / AP / SIPA

Ce ne sont pas les athlètes les plus connus de la délégation française, mais ils visent une médaille aux Jeux. Voire un titre…

Bryan Coquard, 20 ans, spécialiste de l'omnium (cyclisme sur piste). Il sprinte, frotte dans les épreuves en peloton, et serre les dents dans les courses d'endurance. Bryan Coquard sait tout faire et c'est bien pour cela qu'il vise l'or sur l'omnium, épreuve hybride réunissant six disciplines. Plus à l'aise sur la vitesse malgré ses 57 kilos, le coureur de 20 ans est le tenant de la Coupe du monde. « On n'a jamais vu un coureur aussi léger sprinter comme lui. Il surclasse tout le monde. Le public est fan », s'emballe Hervé Dagorne, qui voit très grand à Londres pour sa pépite.
Le hic. Le Français est encore un peu jeune pour une épreuve aussi complexe où il pourrait arriver à maturité dans quatre ans. L'Italien Viviani et l'Australien O'Shea pourraient aussi mettre à mal ses ambitions olympiques.
La cote 20 Minutes. 60 % de chances de titre.

Marlène Harnois, 25 ans, taekwondo. Formée au Canada, sacrée pour la France ? Voilà la trajectoire rêvée de Marlène Harnois, naturalisée il y a quatre ans, après plusieurs années d'entraînement au Creps d'Aix-en-Provence. « J'essaie de rendre à la France tout ce qu'elle m'apporte », avance celle qui a redécouvert le taekwondo à 18 ans. Depuis, la grande blonde s'est offert un titre de championne d'Europe et une médaille de bronze aux Mondiaux 2011.
Le hic. Le poids est l'ennemi numéro 1 de la Française engagée en moins de 57 kg. Avec quatre kilos de plus que son poids de forme, elle a parfois du mal à gérer l'enchaînement des combats et des efforts en compétition.
La cote 20 Minutes. 40 %.

Joris Daudet, 21 ans, BMX. Sa carrière est courte mais il ne manque déjà qu'un seul titre au palmarès du Français. Champion de France, d'Europe, du monde et vainqueur de la Coupe du monde, le « rider » du Stade Bordelais s'attaque au titre suprême de sa jeune discipline. Spécialiste des trajectoires, il a l'habitude de doubler un à un ses adversaires en course, malgré des départs poussifs. « Aux JO, on vise une médaille, mais il y aura une déception si ce n'est pas l'or », confie son entraîneur Jean-Christophe Tricard.
Le hic. Dans une discipline aussi incertaine, le Français n'est pas à l'abri d'un accroc. Lors des derniers Mondiaux, l'Australien Sam Willoughby lui avait d'ailleurs ravi le maillot arc-en-ciel.
La cote 20 Minutes. 70 %.

Audrey Tcheuméo, 21 ans, judo. A deux semaines et demie du rendez-vous londonien, la Française n'est pas du genre à ménager ses efforts. « Elle se donne tellement qu'on l'a mise au repos jeudi », souligne Martine Dupond, l'entraîneur national. Championne du monde en titre, Tcheuméo a l'occasion de rafler le titre olympique après seulement huit ans de pratique. Avant d'enfiler son premier kimono, cette adoratrice de Mike Tyson s'est essayée au foot, au tennis et au hand.
Le hic. Incomplète sur le plan technique, la jeune judoka a été battue en finale des championnats d'Europe. Elle a aussi été touchée au mollet dans sa préparation.
La cote 20 Minutes. 70 %.