Wimbledon: Le Roi Federer récupère sa couronne

TENNIS Septième victoire à Wimbledon pour le Suisse…

B.V.

— 

Roger Federer après sa victoire à Wimbledon, le 8 février 2012
Roger Federer après sa victoire à Wimbledon, le 8 février 2012 — S.WERMUTH/REUTERS

L’image est connue, presque habituelle, mais elle n’a plus tout à fait la même signification. Center Court de Wimbledon, 18h30 ce dimanche 8 juillet, Roger Federer soulève pour la septième fois le trophée du majeur anglais, quelques minutes après avoir battu (presque) chez lui et (presque) facilement Andy Murray, en quatre manche (4-6, 7-5, 6-3, 6-4). «J’ai joué mon meilleur tennis en demi et en finale ici, ça m’est arrivé tellement souvent, en sourit-il. Gagner ici me semble tellement familier… mais ça me manquait.»

Numéro un mondial dès lundi

Et pour cause. Après trois ans d’abstinence sur ce gazon, deux en Grand Chelem - une éternité pour lui - Roger Federer réécrit l’histoire en portant son propre record de victoires en tournoi majeur à 17. Lui qu’on disait trop vieux, dépassé par Nadal et Djokovic en profite aussi pour égaler  «son héros» Pete Sempras au nombre de succès à «Wim».

Et envoyer un message fort à ses prétendants: il n’est pas encore tout à fait fini. A bientôt 31 ans, il va même redevenir dès lundi numéro un mondial pour la 286e semaine de sa carrière. «Je n’ai jamais arrêté d’y croire, explique-t-il d’un air apaisé, loin de ses joies très lacrymales du passé. Je me suis même mis à jouer plus alors que j’ai une famille. Cette première place, je suis passé tout près à plusieurs reprises, mais ça ne vous vient jamais comme un cadeau.» En écœurant Novak Djokovic en demie, en résistant à la pluie et l’enthousiasme de toute un Royaume en finale, «le Roi» l’a prouvé. Et il n’a jamais autant mérité qu’on le surnomme ainsi.