Tour de France: La 8e étape à revivre en live comme-dans-la-caravane

R.S.

— 

Les coureurs du Tour de France, le 7 juillet 2012 sur la route de l'ascension de la Planche des Belles Filles.
Les coureurs du Tour de France, le 7 juillet 2012 sur la route de l'ascension de la Planche des Belles Filles. — B.Castel/REUTERS

Le point sur les maillots

Maillot jaune: Bradley Wiggins (Sky)

Maillot vert: Peter Sagan (Liquigas)

Meilleur grimpeur: Christopher Froome (Sky)

Meilleur jeune: Rein Taaramae (Cofidis)

Le parcours 

Le résumé anticipé

Une étape à sept cols est forcément une étape pour David Moncoutié. Le vétéran de Cofidis est le premier à attaquer avec son coéquipier Rémy Di Gregorio qui n’a pas bien compris le briefing avant le départ. «J’avais dit un seul à l’avant!» hurle Yvon Sanquer dans sa voiture. «Problème d’oreillette» justifie Di Greg. Du coup, en guise de punition, le Marseillais est contraint de rouler pour son copain qui prend tous les points du classement de la montagne, et les sept autres compagnons d’échappés. Vinokourov, Kiyrienka, Bouet, Casar, Morkov, Knees mais aussi Cancellara sont dans ce groupe. Le Suisse ne pouvait zapper cette échappée «à la maison». Sur le bord de la route toute la famille s’est déplacée depuis Wohlen bei Bern, son village natal. Cela n’aurait pas posé problème si dans la côte de la Caquerelle, une partie de son fan club n’avait pas ralentit la marche du peloton. Déguisé en clarine géante, un fan bouscule involontairement Ritchie Porte à l’avant. C’est la chute. Le train des Sky est perturbé. Franck Schleck abandonne. A l’avant, les huit hommes conservent 2 minutes d’avance pour se disputer la victoire. Juste avant la flamme rouge, Vinokourov place son attaque. Cancellara qui est déjà bien content de reprendre le maillot jaune, le laisse filer. Il s’impose avec quelques dizaines de mètres d’avance sur Casar et Kiyrienka. Un an après s’être fracturé le fémur dans un fossé, le voilà sur le podium du Tour de France. A presque 40 ans.

La minute Jean-Paul Ollivier

Si cette étape n’est pas décisive, elle peut faire beaucoup de dégâts, notamment lors du passage du col de la Croix (et la bannière?). La dernière ascension du parcours, située à 16 bornes de l’arrivée présente quelques passages très escarpés, à plus de 15%. Jamais le Tour de France n’a emprunté cette route sinueuse située en terre suisse, dans le canton du Jura. Cela faisait d’ailleurs trois ans que le Tour n’était plus passé en Suisse. Souvenez vous l’attaque de Contador dans la montée de Verbier…

Le Tweet

 Huit étapes et toujours pas le moindre kilmomètre d'échappé pour Jérémy Roy. Cela ne peut plus durer pour une partie du peloton qui se demande bien où est passé le baroudeur insatiable de l'année dernière. Pour Tony Gallopin, il est temps de remettre les choses en ordre.