Les enfants de la « Vieille Dame » en famille

©2006 20 minutes

— 

La finale de la Coupe du monde aura une forte coloration bianconera (blanc et noir). Ils seront en effet huit, trois Français et cinq Italiens, à avoir porté le maillot de la Juventus Turin la saison passée. Sans oublier Zinédine Zidane, qui a servi la « Vieille Dame » pendant cinq superbes années, et Thierry Henry, auteur d'une demi-saison catastrophique en 1999, au poste inédit pour lui de milieu droit.

Autant dire qu'il y aura peu de place pour d'éventuelles surprises, dimanche soir à Berlin. « On connaît parfaitement les Italiens, et leur présence en finale ne me surprend pas du tout », assure Lilian Thuram. Ce dernier a évidemment hâte d'en découdre avec ses amis “juventini”. « On a désormais l'habitude de se retrouver dans les grandes compétitions. Gigi [Buffon] est le meilleur gardien au monde, Cannavaro et Zambrotta sont de grands joueurs, poursuit le défenseur. Cela va être difficile, d'autant qu'ils ont encore le souvenir de l'Euro 2000 en tête. Ils n'en seront que plus dangereux. »

La finale de Rotterdam et le but en or de David Trezeguet ont longtemps permis aux “francese” de « chambrer » leurs coéquipiers. « Je l'ai toujours en travers de la gorge », avoue Fabio Cannavaro, impressionnant depuis le début du tournoi. « J'espère qu'à la fin du match, on aura le sourire cette fois », confie pour sa part Alessandro Del Piero. Le Turinois, ravi de retrouver l'« incroyable champion » qu'est Zidane, trouve toutefois « singulier » que ni lui ni Trezeguet ne soient titulaires, « alors que nous avons tant apporté à la Juve », promise à la relégation pour son rôle dans l'affaire des matchs truqués. Une source de « rage » pour Cannavaro, un élément mineur pour Raymond Domenech. « Les Italiens sont comme nous, ils ont un match à jouer avant tout, conclut le sélectionneur tricolore. Les affaires, ils régleront ça après, quand tout sera fini. »

S. Bordas