Allemagne-Italie : la Squadra Azzura terrasse ses hôtes

— 

Mais une petite passe de Pirlo trouvait Grosso qui délivrait enfin les siens d'une frappe enroulée (119). C'était fini pour l'Allemagne, qui encaissait un second but par Del Piero deux minutes plus tard.
Mais une petite passe de Pirlo trouvait Grosso qui délivrait enfin les siens d'une frappe enroulée (119). C'était fini pour l'Allemagne, qui encaissait un second but par Del Piero deux minutes plus tard. — Roberto Schmidt AFP/Archives

L’Italie disputera dimanche sa 6e finale de Coupe du monde. Hier soir, à Dortmund, la Squadra Azzura a signé sa 3e victoire en cinq confrontations face aux Allemands en Coupe du monde. Dans un Westfalenstadion où l’Allemagne était jusqu’ici invaincue. Ce succès 2-0 a été acquis durant les prolongations grâce à deux buts de Fabio Grossoet d’AlessandroDel Pierodans les utlimes secondes. Des 25mètres, FrancescoTotti allumait la première mèche (4e) sur un coup franc bien capté par Jens Lehmann. Puis sur une passe en profondeur d’Andrea Pirlo, Simone Perrotta butait à son tour sur le portier allemand (16e). Sans Torsten Frings, suspendu, la Mannschaft semontrait quant à elle trop brouillonne pour mettre en difficulté une défense italienne pourtant privée d’Alessandro Nesta. La première occasion des coéquipiers de Michael Ballack n’intervenait qu’à la 34e minute : seul à l’entrée de la surface de réparation, Bernd Schneider tirait juste au-dessus des buts gardés par Gianluigi Buffon. Un éclair dans une première période cadenassée à double tour par les deux formations. La seconde mi-temps semblait repartir sur des bases plus offensives : Klose (50e) et Podolski (63e) côtéallemand, ainsi queToni (51e) côté italienmanquaient d’ouvrir le score. Une impression de courtedurée, puisque la rencontre sombrait à nouveau dans l’ennui. Seuls une frappe trop molle de Pirlo (77e) et un coup franc trop enlevé de Ballack(82e) contribuaient à sortir timidement le match de sa torpeur.
Avec l’entrée en jeu de Vincenzo Iaquinta, la Squadra se montrait plus entreprenante dès le début des prolongations. Gilardino (91e) puis Zambrotta (93e) touchaient les montants de Lehmann. Et c’est logiquement que Fabio Grosso donnait du pied gauche l’avantage aux hommes deMarceloLippiàdeux
minutes delafin(0-1,118e).Avant queDel Piero, rentréenjeu,ne scelle la victoireitalienne (0-2,120e). L’Allemagne ne jouera pas la finale de son Mondial

Gil Baudu