Ricardo, un héros très discret

©2006 20 minutes

— 

Le Portugal a retrouvé la voie des demi-finales d'une Coupe du monde de football, quarante ans après sa seule apparition à ce niveau, en dominant une Angleterre réduite à dix (0-0 a.p., 3-1 t.a.b.) en quarts de finale du Mondial-2006, samedi à Gelsenkirchen.
Le Portugal a retrouvé la voie des demi-finales d'une Coupe du monde de football, quarante ans après sa seule apparition à ce niveau, en dominant une Angleterre réduite à dix (0-0 a.p., 3-1 t.a.b.) en quarts de finale du Mondial-2006, samedi à Gelsenkirchen. — Nicolas Asfouri AFP

En stoppant trois tirs au but face aux Anglais en quart de finale, Ricardo Pereira s'est hissé au rang de « héros national » comme l'avait titré le quotidien A Bola. La réputation du gardien du Sporting Portugal, considéré par son président Filipe Soares Franco comme « le meilleur au monde », n'avait toutefois pas dépassé les frontières avant cette Coupe du monde. Dernier rempart de la défense la moins perméable du tournoi (un seul but encaissé), l'intéressé ne s'emballe pas. « Pour un gardien, c'est très difficile de briller dans un Mondial. Nous sommes contents de contribuer aux victoires de nos équipes », assure Ricardo, moins exposé médiatiquement que les Buffon, Lehmann ou autre Barthez. Ce qui ne le rendra pas moins dangereux si d'aventure les deux équipes devaient se départager aux tirs au but ce soir. « Vous essayez de lire dans les yeux et dans l'âme du tireur pour voir ce qu'il va faire, conclut-il. C'est toujours un moment spécial. »