Le serment qui divise le peloton

©2006 20 minutes

— 

« Je n'y ai jamais cru, et ce n'est pas cette année que ça va commencer. » Double vainqueur d'étape sur le Tour et tête d'affiche des « coureurs propres », David Moncoutié (Cofidis) ne mâche pas ses mots au sujet du serment du jeune coureur, qu'il qualifie d'« hypocrite ». Prononcé chaque année au début de la première étape par le benjamin du peloton, le texte invite les coureurs à respecter l'éthique de la compétition. « Des coureurs ont été écartés, mais il en reste d'autres qui ne respectent pas les règles », argumente Moncoutié. « Ce serment est indispensable, rétorque l'ancien champion du monde Luc Leblanc. Depuis les suspensions de vendredi, il donne encore plus de valeur aux discours des coureurs qui ne se dopent pas. »

J. S.