Willy Sagnol : « Nos valeurs collectives font toute la différence »

©2006 20 minutes

— 

Le Brésil et la France étaient à égalité 0 à 0 à la mi-temps en quarts de finale du Mondial 2006 de football, samedi à Francfort.
Le Brésil et la France étaient à égalité 0 à 0 à la mi-temps en quarts de finale du Mondial 2006 de football, samedi à Francfort. — Pascal Pavani AFP

Interview de Willy Sagnol, défenseur des Bleus.

Est-ce le match le plus accompli sous l'ère Raymond Domenech ?

C'est normal dans le sens où, depuis plusieurs semaines, on évolue, même si cela a été parfois difficile à voir. Il a d'abord fallu mettre en place un groupe, une équipe. Nos valeurs collectives sont en train de faire la différence.

Pensiez-vous que cela serait aussi « facile » face à ces Brésiliens ?

C'est toujours gratifiant de remporter des matchs face à de telles équipes. Par rapport au match contre l'Espagne, la grosse évolution, c'est qu'on a eu la maîtrise du ballon et qu'on a fait courir ces Brésiliens, qui n'aiment pas défendre. Comme quoi, le travail effectué n'a pas servi à rien. Mais il faut garder les pieds sur terre, sinon cela peut être dangereux.

La défense a une nouvelle fois été impressionnante...

C'est notre leitmotiv depuis plusieurs semaines. On a peut-être eu dix occasions contre nous depuis le début du Mondial, c'est encourageant. Autant j'ai pu être critique quand ça n'allait pas durant les éliminatoires, autant je ne peux qu'être admiratif par rapport au travail défensif effectué par les joueurs offensifs. On a beau avoir de très bons défenseurs et de très bons attaquants, on ne peut pas s'en sortir si on ne fait pas les efforts tous ensemble.

C'est désormais le Portugal qui se dresse devant vous...

On va se laisser vingt-quatre heures pour savourer et on verra ça lundi matin. Maintenant, que ce soit le Portugal et non l'Angleterre, cela n'a aucune importance. Moi, je suis surtout content de pouvoir jouer « chez moi », à Munich. J'espère que tous les Munichois pousseront derrière l'équipe de France.

Recueilli par S. Bordas (à Francfort)