Les Bleus n'ont pas l'intention de calculer

— 

Peut-on gagner l'Euro en jouant six matchs en vingt jours avec la même base de joueurs ? C'est la question qui doit remuer les méninges de Laurent Blanc. Avec une qualification presque acquise pour les quarts, le sélectionneur pourrait avoir envie de reposer des cadres face à la Suède. « Effectivement, on aurait pu gérer le match si on était déjà qualifié, a expliqué lundi Blanc. Mais là nous le sommes pas. On mettra l'équipe que l'on juge la plus performante pour faire un résultat demain. »
Si elle gagne, la France évitera en quart de finale l'épouvantail espagnol. Si elle fait match nul, en revanche… « L'Espagne est une équipe redoutable, explique le latéral Gaël Clichy. Mais on a des qualités, qu'on a démontrées sur les 23 derniers matchs. Après, si on peut éviter l'Espagne, on essaiera… Mais on parle quand même de l'Italie, ce n'est pas une petite nation. » En terminant deuxièmes de poule, les Bleus resteraient en revanche à Donetsk pour le quart et la demie, s'évitant ainsi de (possibles) déplacements à Kiev, puis Varsovie. « Sortons déjà de ce groupe, conclut Samir Nasri. De toute façon, il faudra affronter l'Espagne à un moment ou à un autre si on entend aller loin. » C'est vrai, mais le plus tard possible…B. V.