Euro 2012: Mathieu Debuchy, au nom de tous les siens

FOOTBALL Les proches du joueur lillois, devenu un défenseur international convoité, dressent son portrait...

François Launay

— 

Mathieu Debuchy compte sept sélections sous le maillot de l'Equipe de France où il s'est installé comme titulaire.
Mathieu Debuchy compte sept sélections sous le maillot de l'Equipe de France où il s'est installé comme titulaire. — m.libert / 20 minutes

Depuis le début de l'Euro, l'intimité des Debuchy en a pris un sacré coup. Dans leur maison de Fretin, petite commune de la banlieue lilloise, les parents de l'international français n'en finissent plus d'ouvrir leurs portes aux médias les soirs de match. Et France-Suède ne dérogera pas à la règle. «D'habitude, on regarde les matchs de Mathieu tranquillement avec ma femme. Mais avec l'Euro, on n'a pas un match tranquille», sourit Jean-Pascal Debuchy, un père qui va passer sa soirée à se ronger les ongles.

«Il est arrivé là grâce à son mental»

«Quand on le regarde à la télé, on est très stressé. Déjà, on a toujours peur qu'il se blesse. Et depuis qu'il est chez les Bleus, on craint aussi la boulette qui pourrait être vue par des millions de téléspectateurs», poursuit un paternel fier de l'éclosion de son rejeton au plus haut niveau.

Un rêve devenu réalité pour celui qui tapissait plus jeune les murs de sa chambre de posters de Zidane et Ronaldo. «Il est arrivé là grâce à son mental. Ce n'était pas le plus doué mais il voulait tout le temps gagner que ce soit au foot, au vélo ou au ski. Il n'y a qu'à l'école où il était beaucoup moins battant. D'ailleurs, je l'ai privé une fois de foot pendant quinze jours à cause de ses résultats. Mais je peux vous assurer que ça n'a rien changé», rigole son père.

«Ce n'est pas une grande gueule»

Vrai combattant sur le terrain, Mathieu Debuchy est beaucoup plus calme dans la vie. «Ce n'est pas une grande gueule. Il est très simple. Il aime bien sa famille, les belles autos et les tatouages. Voilà, Mathieu c'est Mathieu», résume Jean-Baptiste, son grand-père paternel. Plus repas de famille que boîtes de nuit, l'international, père de trois enfants et très proche de son frère Grégoire, n'est pas du genre à défrayer la chronique. «Il est réservé et fonctionne avec un cercle fermé de proches depuis très longtemps. Après, Mathieu a aussi beaucoup d'humour et sait faire le con quand il le faut», rassure son père.

Une bonne humeur qu'il transmet actuellement via les coups de fils passés depuis l'Ukraine. «Il se sent bien dans ce groupe», résume Jean-Pascal qui normalement n'ira pas voir jouer son fils à l'Euro. Même en cas de finale. «On a déjà prévu nos vacances avec ma femme.» Le meilleur moyen de retrouver enfin un peu d'intimité.