Quart de finale : Ronaldinho aux abonnés absents

©2006 20 minutes

— 

Avec 10 buts en quatre matchs, la machine offensive brésilienne tourne sans surprise à plein régime dans cette Coupe du monde. Mais il n'en va pas de même pour l'un des ses rouages essentiels, Ronaldinho. Muet depuis le début du tournoi (une seule passe décisive au compteur), alors qu'il devait éclabousser la compétition de sa classe, le Barcelonais la joue collectif avant de défier la France, le pays qui l'a accueilli à son arrivée en Europe.

« Les critiques sur mon absence de buts m'importent peu, assure l'ancien joueur du PSG. Bien sûr que j'aimerais marquer, mais cela ne m'obsède pas. Mon rôle est autre, je travaille pour l'équipe et je fais ce que demande l'entraîneur pour aider le Brésil à gagner le Mondial. » Un bel exemple de langue de bois qui ne cache pas l'essentiel : Ronaldinho n'a pas trouvé sa place dans le « carré magique » de Carlos Alberto Parreira. « C'est vrai qu'au Barça, je bouge beaucoup plus sur le terrain, comme Eto'o et Giuly », concède la star. Avec Ronaldo et Adriano – deux joueurs au profil similaire – plantés devant lui et un autre crack (Kaká) à ses côtés, le talent du nº10 auriverde serait presque « sacrifié ». « Un sélectionneur doit être capable de faire évoluer les meilleurs joueurs à leur meilleur poste. Ronaldinho joue trop loin du but pour reproduire ce qu'il fait avec Barcelone », assure l'ancienne gloire Tostão, consultant pour la Folha de São Paulo.

Au Brésil, les supporteurs ne doutent pourtant pas que le génie sortira de sa lampe face aux Bleus. « C'est une équipe que nous connaissons bien et qui ne pourra pas nous surprendre », prévient Ronaldinho, qui n'a plus inscrit le moindre but en sélection depuis la finale de la Coupe des Confédérations 2005, face à l'Argentine (4-1). C'était déjà au Waldstadion de Francfort...

S. Bordas