une peur bleue de rater l'euro

bertrand volpilhac

— 

Hatem Ben Arfa est inquiet.
Hatem Ben Arfa est inquiet. — C. PLATIAU / REUTERS

Lundi prochain, ils seront trois à quitter le château. Il ne s'agit pas de l'énième retour d'une émission de téléréalité, mais bien du château de Clairefontaine et du destin cruel qui attend trois Bleus. Au lendemain du match amical face à l'Islande, Laurent Blanc ramènera de 26 à 23 éléments son groupe pour partir à l'Euro. En faisant forcément des malheureux. « Quand vous apprenez que six potes sont éliminés, vous ne le prenez pas très bien, explique Blanc, qui avait mal vécu cette expérience avant le Mondial 1998. Je ne le ferai pas avec plaisir, mais ça ne me pose pas de problème particulier. »

« Pas marrant »
A lui, non. Mais à certains joueurs en danger, forcément plus. Philippe Mexès, a fait partie des « victimes » de l'hélicoptère de Domenech, en 2008, lequel a renvoyé chez eux sept joueurs avant l'Euro, se souvient : « Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est un traumatisme, mais ce n'est pas marrant. Du jour au lendemain, on se retrouve à la maison alors qu'on aurait pu disputer une grande compétition. »
Hatem Ben Arfa était aussi dans cet hélico. Et deux ans plus tard, c'est par SMS qu'il a appris qu'il ne passait pas le « cut ». Encore en balance cette année, l'ex-Lyonnais se rappelle de « moments douloureux » et porte toujours en lui cette appréhension. « Quand on rigole, qu'on parle au quotidien, on ne pense pas à tout ça confie-t-il. Mais c'est là, ça trotte quelque part dans la tête. »
Comme pour exorciser cette peur, les joueurs scrutent les moindres faits et gestes de leur sélectionneur et se préparent au pire. « L'important, c'est de tout donner pour être bien avec ma conscience, le reste, ce n'est pas moi qui décide », enchaîne Ben Arfa. Et advienne que pourra pour les éliminés, tant que la manière n'est pas aussi cruelle que l'hélico et les SMS de Domenech. Laurent Blanc a promis d'être « loyal ». Ses joueurs n'en demandent pas plus.

un kiné malade

Laurent Blanc a apporté son soutien à un kinésithérapeute des Bleus, Alain Soultanian, victime dans la nuit de dimanche à lundi d'un infarctus. Ses jours ne sont pas en danger, mais il ne pourra pas participer à l'Euro et sera remplacé.