Bernard Laporte et les ambitions du RCT

— 

L'entraîneur du RCT le reconnaît lui-même dans un long entretien à L'Équipe, il fallait être fou pour l'imaginer, ne serait-ce qu'il y a quelques mois, à la tête d'une formation dont il a toujours été présenté comme un adversaire, entraînant des joueurs qui ont bien souvent été des ennemis. « Dire que j'entraîne Bakkies Botha, Jonny Wilkinson, que j'ai haïs pendant des années et des années… » L'ancien ministre se dévoile néanmoins comme rarement.

Un projet intergénérationnel
Il confie par exemple apprécier particulièrement les joies du bureau : « Parfois, j'y reste jusqu'à minuit, Quand je pars, je me dis que j'ai bien travaillé, sans téléphone, sans que personne m'emmerde. C'est bien d'être avec les joueurs mais j'aime bien y être, seul. » Le technicien, qui s'entend comme larron en foire avec son président, aimerait créer un lien entre les joueurs historiques du RCT et les nouveaux. « Je voudrais qu'on se retrouve dans un cabanon, que les vieux racontent leurs histoires de cons et les jeunes le rugby d'aujourd'hui. » Ça promet.R. C.