Toulon prêt pour le chemin de la rédemption

Alexandre vau

— 

Les joueurs toulonnais sont persuadés que leur édifice ne va pas craquer.
Les joueurs toulonnais sont persuadés que leur édifice ne va pas craquer. — FORGHAM-BAILEY / COLORSPORT / SI

Il paraît que c'est dans la défaite que l'on apprend. Voilà donc une bonne raison pour les rugbymen toulonnais de croire que la désillusion de Londres peut leur être bénéfique. Un constat optimiste car, sur le plan du jeu, les Rouge et Noir ont montré peu de garanties vendredi. Malgré une mêlée dominatrice, les arrières n'ont pas été capables d'aller une fois à dame, perdant ainsi la bataille du jeu au pied. « C'est vrai que dans le contenu, c'était pauvre », soupirait à la sortie du vestiaire l'entraîneur des avants, Olivier Azam.

La métaphore du DVD
A dire vrai, le grand couloir du stade du Twickenham Stoop servait de confessionnal pour le staff toulonnais et l'entraîneur des arrières, Pierre Mignoni. « On a senti que les joueurs étaient pressés de rentrer. » Visages fermés, certains d'entre eux auront au moins esquissé un sourire lors d'un atterrissage face au vent, plutôt mouvementé de retour à l'aéroport de Hyères-Toulon. A leur arrivée, les supporters étaient là, croyants déjà en une victoire à domicile sur le Racing-Métro, en quart de finale du Top 14. Les plus assidus ont d'ailleurs rappelé que leurs protégés ont déjà battu les Parisiens deux fois cette saison. Fidèle parmi les fidèles, Patrick sera à Mayol, samedi, et il annonce la couleur : « Ce sera chaud bouillant ». Quant au toujours très inspiré Mourad Boudjellal, il rappelle dans son jargon à lui que le bouclier de Brennus reste l'objectif numéro un. « Le film de la saison s'appelle Top 14. Dans le DVD, il y avait le bonus européen. Bah, il était pas bien ! Mais ça ne veut pas dire que le film sera pas nul. Cette défaite va nous donner beaucoup d'énergie. Et la saison commence, samedi, à Mayol. Soit samedi on est en vacances. Soit dimanche, on part se préparer pour les demi-finales. » À quitte ou double.