Football (OM) : Albert Emon, la solution interne

©2006 20 minutes

— 

Albert Emon prend du galon. L'adjoint de Jean Fernandez a été nommé, hier, entraîneur de l'Olympique de Marseille. La solution interne a donc été privilégiée par les dirigeants marseillais. Choix par défaut ? « Non, c'est un choix pensé, concerté et qui répond à la situation qui est la nôtre. Dès le départ, Albert Emon faisait partie des entraîneurs potentiels, assure le président Pape Diouf. Mais il nous fallait faire le tour des candidats déclarés pour trouver l'homme idoine. Zeman nous est apparu à un moment donné comme l'homme de la situation mais il ne parlait pas la langue. »

Outre le fait de s'exprimer parfaitement en français, Albert Emon a surtout l'avantage de connaître le club marseillais sur le bout des doigts. Après avoir fait une grande partie de sa carrière de joueur sous le maillot olympien entre 1968 et 1978, le natif de Berre est revenu à Marseille au sein du centre de formation en 2000. Depuis, Emon a assuré à plusieurs reprises l'intérim à la tête de l'équipe première (novembre 2000, août 2001, décembre 2001 à juin 2002 ou plus récemment en novembre 2004 après la démission de José Anigo et en février 2006 durant l'hospitalisation de Fernandez). « Albert est là depuis plusieurs années, il connaît parfaitement l'effectif, poursuit Diouf. C'est un garçon à la compétence reconnue et je pense qu'il est prêt à assumer ce poste. » Dominique Cuperly, l'ancien adjoint de Guy Roux à Auxerre, l'épaulera dans sa tâche. Il devait parapher son contrat, hier dans la soirée.

Sandrine Dominique