Nyateu, de turbulent à grand talent

David Phelippeau

— 

Il a entendu les éloges des commentateurs de Canal+ sport, jeudi soir, lors de la victoire contre Chambéry. Cela donnait : « Il y a du Narcisse et même du Abalo chez ce joueur ! » Mais O'Brian Nyateu, 19 ans, fait profil bas, préfère ne pas s'épancher sur ces louanges. « Je ne veux pas m'enflammer ! », lâche-t-il. Certains le font pour lui au HBC Nantes. En lui, ils voient un futur très grand joueur de l'équipe de France. Rien que cela. Pas étonnant donc que le Guadeloupéen ait paraphé un premier contrat professionnel de trois ans il y a quelques semaines. « Il a encore beaucoup de travail, estime son mentor Grégory Cojean. Déjà, il faut déterminer son poste : demi-centre ou arrière gauche ? » Le coach adjoint connaît mieux que quiconque Nyateu. C'est lui qui est allé le chercher en N2 en région bordelaise il y a trois ans.
Il a avait repéré en lui « quelque chose en plus » par rapport aux autres. « Un joueur spectaculaire, mais capable de descendre bien bas, se souvient aussi Cojean. Il faisait des conneries à l'école et au pôle espoirs au point de se faire virer... Il avait besoin d'un cadre. »

Cojean : « Nyateu à son arrivée ? Un écorché vif, très nerveux »
Cojean se rappelle de la difficulté au tout début « pour échanger » avec cet « écorché vif, très nerveux qui ne supportait aucune remarque ». « J'étais instable, c'est le mot, avoue, sans sourciller, Nyateu. A Bordeaux, je faisais l'idiot. Je n'avais pas le sens des priorités, j'avais du mal à faire la part des choses. » A son arrivée, O'Brian est pris en charge par une famille d'accueil. « Les Raballand ont fait un travail pédagogique énorme avec lui, reconnaît Grégory Cojean. Avec lui, la clé de la réussite, c'était plus en dehors que sur le terrain ! Aujourd'hui, c'est quelqu'un de posé. Il s'est calmé dans la vie. » Nyateu, absent des terrains pendant plus d'un an (2010-2011) en raison d'une double opération des genoux, semble avoir gagné en maturité. « Si j'avais été seul dans un appartement, j'aurais fait tout et n'importe quoi. Je suis la même personne qu'à mon arrivée ici, mais le club de Nantes m'a fait grandir. »