Pour Cédric Mongongu, c'est la faute de Younès Belhanda

FOOTBALL Le joueur d'Evian a tenté de justifier sa bagarre avec le Montpelliérain mardi soir...

B.V.

— 

Younès Belhanda face à Cédric Mongongu, le 1er mai 2012
Younès Belhanda face à Cédric Mongongu, le 1er mai 2012 — PASCAL GUYOT / AFP

Décidément, cette fin de match plus qu’houleuse entre Montpellier et Evian mardi continue de faire parler. Après avoir provoqué un mini-psychodrame dans le vestiaire du leader de la Ligue 1, elle rebondit désormais du côté de la Haute-Savoie. En effet, dans un entretien donné à L’Equipe, le défenseur d’Evian Cédric Mongongu estime qu’il n’est pas le déclencheur de la bagarre – dans laquelle on le voit clairement lancer deux bonnes gifles– avec Younès Belhanda. «J’étais en train d’enlever mon strap à la main et je l’ai balancé par terre devant l’arbitre. A ce moment-là, Belhanda passe devant l’arbitre et lui dit: ‘Et ça, ça mérite pas un rouge?’ Je lui demande: ‘Pourquoi tu dis ça? Il vous siffle un penalty et tu veux aussi mon expulsion?’ C’est parti de là. Je lui ai touché l’épaule, on a commencé à s’insulter, à se pousser.»

Mieux encore, pour  justifier ce pugilat, Mongongu explique qu’il était «énervé. On vient de se prendre un but hors-jeu, de se voir annuler un but valable. C’est pour ça que je bouge.» Normal. Et puis de toute façon, «c’est une erreur de sa part, il aurait dû être plus intelligent. Et je le répète: c’est lui qui passe devant moi. S’il n’avait pas demandé le rouge à l’arbitre, je ne l’aurais même pas calculé.» Sacré Belhanda, à force de passer devant les gens aussi…