Toulon, un rival de plus en plus menaçant

Nicolas Stival

— 

Jonny Wilkinson est le buteur métronome du RCT.
Jonny Wilkinson est le buteur métronome du RCT. — C. PARIS / AP / SIPA

Pour Toulouse, assuré de disputer une demi-finale du Top 14 dans son Stadium, le 2 ou 3 juin, l'heure est aux derniers réglages. Le leader et tenant du titre doit se servir de ses deux derniers matchs de phase régulière, samedi (14 h) à Toulon, puis une semaine plus tard devant Montpellier (respectivement troisième et quatrième), pour « une évaluation collective et individuelle », dixit Guy Novès. Le manager général stadiste se méfie particulièrement du triple champion de France varois (1931, 1987, 1992), remonté dans l'élite en 2008. « Le RCT va disputer la finale du Challenge européen [le 18 mai contre Biarritz, à Londres] et un barrage du Top 14, rappelle-t-il. Cette équipe travaille dans la continuité et sera très dure à prendre les prochaines années. » Et peut-être dès les phases finales, cette saison…

« On reconnaît bien

le style de Laporte »
« Philippe Saint-André avait commencé le travail, relayé par Bernard Laporte [en septembre dernier], analyse Clément Poitrenaud. Pour l'avoir eu comme entraîneur en équipe de France, on reconnaît bien le style de Bernard : une grosse conquête, une grosse défense et une grosse occupation du terrain. Tout cela agrémenté de joueurs de classe mondiale. » De plus en plus performant sur le terrain, Toulon se fait aussi remarquer en dehors, via les sorties médiatiques de Laporte et de son président, l'explosif Mourad Boudjellal. « Je ne suis pas surpris que les deux réunis fassent des étincelles, relève l'arrière du club aux 18 Boucliers de Brennus. Mais ce qui m'intéresse, c'est d'avoir Giteau, Wilkinson, Armitage, Bastareaud et toute la clique sur le terrain. C'est toujours sympa de jouer face à ces grands joueurs. » Victor Paquet ajoute à ce carré d'as le buteur métronome Jonny Wilkinson, idole du stade Mayol et de « son public chambreur et très, très concerné par les matchs à domicile », souligne le jeune talonneur toulousain. Comme beaucoup de tubes des années 1980 (deux finales gagnées par le Stade, en 1985 et 1989), le duel entre les deux clubs Rouge et Noir est redevenu furieusement tendance.