le Losc, spécialiste de la dernière ligne droite

françois launay

— 

Landreau et Hazard y croient.
Landreau et Hazard y croient. — M.libert / 20 minutes

La possibilité d'un titre. Incongrue il y a encore deux mois, la conservation du trophée décroché l'an dernier par le Losc n'est plus si impossible que ça. Surtout que les Nordistes adorent le parfum du printemps synonyme de fin de saison. Comme en témoigne leur série actuelle de quatre victoires d'affilée. « On aime bien cette adrénaline de fin de saison. On aime être sous pression pour développer notre jeu », reconnaît Eden Hazard, l'attaquant lillois.

La tête et les jambes
Et c'est vrai que dès que le sprint final arrive, les Lillois accélèrent la cadence. Une tendance qu'on constate depuis déjà deux ans. Si en 2010, les Nordistes avaient enchaîné cinq victoires avant d'échouer à Lorient lors de la dernière journée, ils ont fait mieux l'an passé. Avec cinq victoires et un nul lors de leurs six derniers matchs, les Nordistes avaient été sacrés champions. Un autre signe est révélateur : une défaite fondatrice qui remet en question le vestiaire. Comme ce fut le cas à Monaco (1-0) en 2 011 et à Brest (3-1) cette saison. « On en a parlé entre nous. On s'est dit que Brest c'était un peu comme Monaco l'année dernière. Si ça pouvait se finir comme l'an passé… », sourit Hazard. Forts dans leurs têtes, les Lillois le sont aussi dans leurs jambes. Une gestion physique qui explique leur réussite dans l'emballage final. « On sait bien gérer les compétitions. Quand on ne peut pas jouer sur tous les tableaux, c'est bien de ne pas se cramer à certains moments. C'est aussi parce que la préparation physique est là », explique Mickaël Landreau. Des atouts que le Losc espère bien mettre à profit lors de ses trois derniers matchs. Histoire de réaliser un nouvel exploit.

valenciennes

Presque assuré du maintien, le VAFC, 12e de Ligue 1, pourrait filer un gros coup de pouce au Losc. VA, qui n'a jamais perdu cette saison à domicile contre un club du Top 5, reçoit dimanche le PSG (2e). Un succès du voisin et le Losc pourrait continuer à rêver...