Patrick Montel victime d'un «coup de poignard intellectuel»: Nelson Monfort se défend

SPORT Les deux journalistes de France Télévisions sont en conflit à propos... d'une armoire...

B.V.

— 

Le journaliste de France Télévisions, Nelson Monfort, le 8 juin 2011 à Paris.
Le journaliste de France Télévisions, Nelson Monfort, le 8 juin 2011 à Paris. — Capman/Sipa

L’histoire a débuté par une sombre affaire d’armoire. Celle de Patrick Montel, pleine de tous ses reportages depuis sa prime jeunesse, bazardée sans le moindre sentiment par Nelson Monfort, sous prétexte qu’elle obstruait une porte. Dans un post de blog, le journaliste spécialisé athlétisme de France Télés s’en prend à l’intervieweur préféré des Français – sans le citer – avec des termes forts, expliquant notamment que son voisin de bureau est un «délinquant ordinaire».

Extrait: «Un viol. Sitôt lâché je prends conscience de l'outrance de mon propos. Pas une excuse, pas un mot de regret. (...) Avait-il seulement conscience qu'en agissant de la sorte, il mettait au rebut le travail de toute une vie, qu'il poignardait dans le dos un collègue qu'il fréquente depuis plus de 20 ans et avec lequel il collabore régulièrement sur les directs de sport?»

Un geste involontaire

Depuis, ce post de blog a été supprimé. Mais pas le buzz créé par cette histoire d’armoire. Nelson Monfort, dont le nom n’est jamais écrit par Montel mais dont on comprend par plusieurs allusions qu’il est le responsable de ce «coup de poignard», a même été invité à répondre de ses actes par l’Express.fr. Et il se confond en excuses:  «C'est un geste totalement involontaire que je regrette infiniment, je n'avais aucune intention de nuire» a-t-il expliqué. Pas sûr que ça suffise à sécher les larmes de Patrick Montel.