Ligue1: Les trois atouts du PSG face à Montpellier

FOOTBALL A trois journées de la fin, les Parisiens comptent trois points de retard sur les Héraultais...

R.S.

— 

Les joueurs du PSG, Javier Pastore (à g.) et Sylvain Armand lors de la victoire parisienne contre Saint-Etienne, le 2 ai 2012 au Parc des Princes.
Les joueurs du PSG, Javier Pastore (à g.) et Sylvain Armand lors de la victoire parisienne contre Saint-Etienne, le 2 ai 2012 au Parc des Princes. — REUTERS

Trois points les séparent au classement, mais les courbes de formes du PSG et de Montpellier tendent à s’inverser à l’approche de la fin de saison. A trois journées du terme, le leader héraultais n’est pas à l’abri d’un faux pas. Dans ce cas-là, les Parisiens en déplacement dimanche à Valenciennes restent à l’affût pour leur chiper la première place.

Plus de solidité: Carlo Ancelotti en est persuadé, c’est par le jeu et la rigueur de sa défense que le PSG s’en sortira. Contre les Verts, Camara et Alex ont d’ailleurs réussi une performance inédite depuis douze matchs en défense centrale. Jusque-là, Paris encaissait au moins un but à chaque sortie. Même si Camara pourrait faire les frais du retour de Bisevac dimanche, son coach l’a encensé mercredi soir: «Il a été fantastique. C’est un grand professionnel qui a du caractère.» La formule d’une attaque sans buteur de métier semble aussi très bien fonctionner. Avec Pastore, Nenê et Ménez alignés de concert, Paris avance sans calculer.

Un calendrier avantageux: Dimanche dans le Nord, l’équipe d’Ancelotti aura aussi «l’avantage» de jouer avant ses rivaux, opposés à lundi à Rennes. «Psychologiquement, c'est bien de jouer avant eux», souligne Sissoko qui préfèrerait que toutes les équipes «jouent aux mêmes horaires.» «C'est vrai que cela faisait un moment que Montpellier jouait avant nous, on commençait à se poser des questions, sourit le milieu parisien Blaise Matuidi... Non, c’est une blague, hein!» En comparant les calendrier, les Montpelliérains ne semblent pas non plus avantagés. Après le déplacement à Rennes, qui vise la Ligue Europa, ils recevront Lille, le troisième larron de la lutte pour le titre, et se déplaceront à Auxerre qui joue son maintien en L1. Dans le même temps, Paris défiera VA, Rennes et Lorient.

Un surplus d’expérience: Jusqu’au 20 mai, date de la fin du championnat, la tension devrait donc encore grimper dans les deux camps. A Montpellier, elle a déjà atteint un premier pic d’alerte jeudi. Exclu lors de la bagarre des arrêts de jeu contre Evian, Belhanda s’est lâché en reprochant à Giroud de ne pas avoir tiré le pénalty raté par Camara. Le milieu a quitté précipitamment l’entraînement alors que Loulou Nicollin a effectué une mise au point pour calmer tout le monde. Cet affolement soudain résulte en partie de l’inexpérience d’une équipe où seul Hilton (ex-Marseille) a récemment joué le haut de tableau. Cela fait peu quand dans le même temps, l’effectif parisien ne manque pas de joueurs ayant déjà disputé un sprint final acharné.