« Il a fallu des coups de gueule »

— 

Joël Da Silva, entraîneur du Fénix.
Joël Da Silva, entraîneur du Fénix. — F. SCHEIBER/20 Minutes

Après un début d'année très délicat, le Fénix reste sur deux succès et un nul avant d'accueillir Nîmes, vendredi (20 h 30). Pour l'entraîneur Joël Da Silva, les objectifs sont revus à la hausse.

Le maintien est-il déjà acquis ?
Mathématiquement, ce n'est pas fait, mais on a marqué notre territoire. Les résultats du week-end n'étaient pas favorables, avant notre succès à Créteil (31-34), dimanche. Or, on a réussi un match plein, avec beaucoup de maîtrise.

Quel est votre objectif désormais ?
La sixième place. Nous sommes ex aequo avec Sélestat. Maintenant, on ne va plus la chercher, mais la défendre, ce n'est pas pareil.

Comment expliquez-vous ce rétablissement ?
Depuis le match de Tremblay (24-31, le 9 février) où l'on était passé à travers, on a resserré les liens. On a traversé une crise d'adolescence. Tout le monde a fait son mea culpa. J'ai maintenu un certain cap, il a fallu des coups de gueule. Aujourd'hui, la dynamique est positive, les joueurs sont bien physiquement et il n'y a pas de blessé.

Qu'en est-il de votre avenir ?
J'ai toujours de très bonnes relations avec le président. Mon objectif est d'amener le groupe à la sixième place. Je suis Toulousain jusqu'au 30 juin, et plus si affinités. C'est bien de prendre le temps de la réflexion.
propos Recueillis par N. S.