« Terminer troisième est un petit exploit »

— 

Souffel va de succès en succès en Nationale 1. Jessie Bégarin et ses coéquipiers viennent d'aligner neuf victoires d'affilée. Ce qui leur permet d'être toujours en course pour monter en Pro B avant la dernière journée de N1 face à Clermont, samedi aux Sept-Arpents. Stéphane Eberlin, le coach souffelois, savoure ce parcours incroyable et se montre ambitieux pour la fin de saison.

Stéphane, les pronostiqueurs voyaient le BCS jouer le maintien. Or, vous êtes en course pour accéder à la Pro B. Comment avez-vous fait pour déjouer les pronostics ?
Il y a une alchimie qui a pris entre les trois nouveaux joueurs [Bach, Bégarin, N'Diaye] et les anciens. On a également fait un très bon début de saison et depuis on surfe dessus. On a été épargné par les blessures. Tout cela explique notre saison mais on ne s'attendait pas à être aussi haut. Le but était de faire mieux que l'an dernier [12e] et de terminer 7 ou 8e pour voir ce qu'étaient les play-offs de N1. Là, on n'a jamais quitté le quatuor de tête. Quand on est si longtemps devant, c'est qu'on le mérite.

La Pro B est-elle envisageable

pour Souffel l'an prochain ?
Sportivement, c'est jouable. On a avancé plus vite que prévu. D'autres clubs ont gravi plusieurs échelons en peu d'années. Par contre les structures doivent suivre. Il ne faut pas mettre le club en danger. Le gros souci est notre salle. Les politiques doivent se positionner. On peut avoir une dérogation pendant un ou deux ans. Mais on a besoin d'une salle adaptée pour attirer des sponsors.

Le BCS est 3e à un point de Saint-Quentin, le 1er. La première place peut-elle encore être accrochée ?
La seule chose que nous maîtrisons, c'est ce qui se passe derrière nous. On a d'abord verrouillé la 5e place, puis la 4e et la 3e. On doit battre Clermont et on verra ce qui se passe devant. On est fier de notre parcours, terminer 3e est un petit exploit. On va arriver en play-offs en pleine bourre.recueilli par F. H.