Ligue 1: Montpellier va-t-il craquer sous la pression?

DEBAT A l'image de Belhanda, les Montpelliérains ont perdu les pédales contre Evian...

A.P.

— 

Benjamin Stambouli et Younès Belhanda félicitent Olivier Giroud après son but contre Evian, le 1er mai 2012 à Montpellier.
Benjamin Stambouli et Younès Belhanda félicitent Olivier Giroud après son but contre Evian, le 1er mai 2012 à Montpellier. — P.Parrot/REUTERS

Ce n’est pas le scoop du jour: à l’image de leur entraîneur, René Girard, les Montpelliérains ont le sang chaud. Emir Spahic n’est peut-être plus là pour filer des coups de coude aux attaquants adverses, mais les Héraultais ont encore parfois du mal à contrôler leurs émotions.

Si l’entraîneur d’Evian-TG, Pablo Correa, a reconnu que ses hommes étaient à l’origine de l’échauffourée qui a vu l’expulsion de quatre joueurs (deux de chaque côté), les Montpelliérains n’ont pas su garder leur calme. Le leader du championnat risque d’être ainsi privé jusqu’à la fin de la saison de son maître à jouer, Younès Belhanda, coupable d’avoir répondu aux provocations de Cédric Mongongu.

A trois journées de la fin de la saison et alors qu’un titre de champion de France leur tend les bras, les partenaires d’Olivier Giroud donnent des signes de nervosité inquiétants. Le meilleur buteur de Ligue 1 a été l’un des rares à tenter d’apaiser les esprits mardi soir. Cet incident arrive deux semaines après la spectaculaire prise de becs entre René Girard et son adjoint, Pascal Baills, contre Valenciennes. Et ce n’est pas la perspective de voir le PSG revenir à trois points –en cas de victoire contre Saint-Etienne– qui risque de calmer les esprits.

>> Comment jugez-vous le comportement des Montpelliérains contre Evian-TG? Selon vous, René Girard et ses joueurs peuvent-ils craquer nerveusement et laisser filer le titre. Venez-nous le dire dans les commentaires ci-dessous.