Anthony Loustallot, un Espoir déçu mais pas abattu

— 

10 décembre 2009. Confronté à une cascade de blessures au poste de gardien, Alain Casanova lance Anthony Loustallot, 17 ans à l'époque, contre Sochaux (2-0). Ali Ahamada, aujourd'hui titulaire, reste sur le banc. Le gamin, alors numéro 4 dans la hiérarchie des portiers, s'en sort avec les honneurs pour sa première apparition en Ligue 1. La seule aussi, à ce jour.
« Malgré ce match en pro, je savais que rien n'était acquis », indique Loustallot, sur le point de quitter le TFC, qui ne lui a pas proposé de contrat professionnel. « Je m'en doutais un peu, glisse-t-il. Il y a déjà trois gardiens plutôt jeunes et avec des contrats assez longs [Ahamada, Rémy Riou et Marc Vidal]. »
Actuellement blessé à l'épaule, l'Albigeois (cinq matchs de CFA 2 cette saison) ne possède pas encore de pistes concrètes pour la suite. Mais il ne sombre pas dans le défaitisme. « Je garde espoir, le travail paie, note le jeune homme de 20 ans, qui a arrêté ses études. J'espère rebondir au minimum en National. On verra si j'ai une opportunité plus haut. »N. S.