Gazon maudit en Allemagne

©2006 20 minutes

— 

En ce début de Coupe du monde, le gazon allemand a essuyé en une semaine de nombreuses critiques, et pas seulement de la part de Raymond Domenech (« Le ballon a du mal à rouler, souvent il reste bloqué », a fustigé le coach français). De nombreux sélectionneurs ont ainsi condamné une pelouse trop sèche, en particulier pour les matchs de l'après-midi. « Le ballon n'avance pas, c'est l'enfer quand on veut jouer au football », n'a pas hésité à lancer Marco Van Basten, le coach néerlandais. Des critiques balayées d'un revers de manche par les organisateurs. « Nous n'avons reçu aucune plainte, certaines équipes préfèrent jouer sur des terrains rapides, d'autres pas », a expliqué Engelbert Lehmacher, l'expert en gazon du comité d'organisation, qui certifie également que l'arrosage de la pelouse a bien lieu avant chaque rencontre.

« Les joueurs sont tellement habitués à des matchs en soirée avec des terrains humides qu'ils ont du mal lorsque le terrain est aussi sec. On ne voit plus par exemple de tacles glissés. Dans l'après-midi, un arrosage léger de 10 millimètres d'eau par une telle chaleur s'évapore en moins d'une demi-heure, ce qui rend rapidement l'herbe aussi sèche qu'avant. De plus, la hauteur de la coupe est différente de 1998, où nous avions 25 millimètres, contre 28 en Allemagne », fait savoir Pierre Tavernier, spécialiste du sol sportif d'extérieur chez Parcs et Sports, qui fournit le gazon de plusieurs clubs de Ligue 1.

Gaël Anger