Ligue 1: Retour perdant pour la star Yoann Gourcuff

FOOTBALL Le meneur de jeu lyonnais a fait son retour lors du naufrage à Toulouse (3-0)...

Nicolas Stival, à Toulouse

— 

Yoann Gourcuff lors d'un match face à Toulouse, le 18 avril 2012
Yoann Gourcuff lors d'un match face à Toulouse, le 18 avril 2012 — F. SCHEIBER / 20 MINUTES

Mercredi soir au Stadium de Toulouse, Yoann Gourcuff n’a joué que 27 minutes. Le milieu de terrain international de Lyon (25 ans, 28 sélections), entré à la place de son clone Clément Grenier, n’a pas influé sur le score ni sur le cours d’un match largement dominé par le TFC (3-0), face à des Gones pas remis de leur déconvenue face à Marseille, samedi en finale de Coupe de la Ligue (1-0, a. p.).

>> Un match à revivre en live-comme-à-la-maison

Mais son retour après plus de deux mois de blessure aux adducteurs constitue un événement, tant le joueur suscite en alternance enthousiasme et déception depuis le début de sa carrière, le deuxième sentiment prédominant largement depuis le sacre national avec Bordeaux, en 2009. «J’aurais préféré revenir avec une victoire au bout mais je n’ai pas eu de douleur, souligne Gourcuff, visiblement affecté par le naufrage physique et mental de l’OL, rattrapé par Toulouse à la quatrième place de Ligue 1. Ce sont les joueurs et tout l’encadrement qui doivent se remettre en question pour ne pas reproduire ce genre de match et bien terminer la saison.»

Une nuée de journalistes

A six journées de la fin, Lyon, qui doit encore disputer la finale de la Coupe de France le 28 avril contre Quevilly (National), a sans doute dit adieu au podium. Une qualification du club pour la Ligue des champions semble aussi hypothétique qu’une participation du Breton (huit matchs de L1 cette saison) à l’Euro ukraino-polonais avec les Bleus.  Je viens de reprendre la compétition, évacue-t-il. Je vais essayer de bien m’entraîner, avoir du temps de jeu, prendre du plaisir sur le terrain et après on verra. » Même simple remplaçant, Gourcuff demeure une attraction, comme le prouve la nuée de journalistes qui boit ses timides paroles, près des vestiaires du Stadium. Lorsqu’on s’étonne de cet engouement pas forcément proportionnel à son rendement sportif, une employée du TFC, séduite, réplique du tac au tac. «Il est tellement canon !» Bref, Yoann Gourcuff reste une star.