Coupe de la Ligue: L'OM s'en remet à Brandao, son homme de coupe

FOOT Au terme d'une partie très serrée et peu spectaculaire, l'OM a sauvé sa saison face à Lyon (1-0, a.p)...

Au Stade de France, Romain Canuti

— 

Les joueurs de l'OM soulèvent la Coupe de la Ligue, le 14 avril 2012
Les joueurs de l'OM soulèvent la Coupe de la Ligue, le 14 avril 2012 — FRANCK FIFE / AFP

Si l’OM a peut-être gâché sa saison à courir plusieurs lièvres à la fois, les Phocéens pourront toujours se dire qu’ils ont un trophée en guise de consolation. Ils se sont dépouillés comme pour garder leur trophée au dépens de Lyon (1-0 a.p).  Moins au point physiquement que leurs adversaires, ils s’en remettent à des fautes grossières pour reprendre leur souffle. Comme contre l’Inter par exemple, les Phocéens sont concentrés, solidaires. Ils peuvent compter sur une défense impériale, Mbia et Nkoulou domptant respectivement Lisandro et Gomis. A la demi-heure de jeu, Lyon rappelle tout de même à Marseille qui est l’équipe réellement en crise: une longue séquence de possession dans le camp adverse suffit à voir les hommes de Deschamps se recroqueviller, à hausser le ton entre eux. La partie ne se débride pas pour autant.

Premier à gagner la Coupe de la Ligue trois fois de suite

Pour cela, il faudra attendre l’heure de jeu. Cheyrou, critiqué pour sa lenteur ces derniers mois, s’illustre en trouvant plusieurs ouvertures pertinentes. Valbuena et Rémy se mettent à y croire et le public marseillais aussi. Cette période de domination se ponctue par une tête d’Amalfitano aux six mètres, détourné par la tête puis par le poteau de Lloris. Malheureusement, derrière, ça replonge. Le joli «aux armes» des fans marseillais n’y change rien, il faut aller en prolongations.

De quoi faire rentrer Brandao en jeu. Un choix étonnant, tant le Brésilien est retombé dans ses travers depuis son éclair de Milan. Il perd d’ailleurs ses premiers duels aériens. Mais sur un service de Cheyrou dans la surface, «Monsieur Coupe» prend le meilleur sur Umtiti avant de tromper Lloris d’une frappe croisée. Il reste alors un quart d’heure à jouer. Les Marseillais se réunissent, tous en cercle, et se promettent de ne pas tout gâcher. Ils y parviennent, devenant ainsi la première équipe à remporter trois fois d’affilés la coupe de la Ligue. De quoi masquer une autre série, bien moins reluisante.