Coupe de la Ligue: Didier Deschamps joue gros

FOOTBALL L'entraîneur marseillais est de plus en plus contesté mais il semble pourtant en position de force. Cela ne pourrait pas durer...

Romain Canuti, à Marseille

— 

Didier Deschamps constate amèrement la defaite de l'OM face au PSG lors du clasico du 8 avril 2012 au Parc des Princes.
Didier Deschamps constate amèrement la defaite de l'OM face au PSG lors du clasico du 8 avril 2012 au Parc des Princes. — REUTERS/Benoit Tessier

Difficile d’entraîner un grand club en difficulté. Didier Deschamps a beau avoir ramené des titres sur la Canebière, il n’est pas épargné suite à sa série historique de défaites avec l’OM. Récemment, le président qui l’a fait venir, Pape Diouf, a déclaré: «Avec moi, il n’y aura jamais eu une telle série car j’aurais pris les mesures nécessaires».

Il y a deux jours, c’est son prédécesseur, dont il n’avait déjà que peu goûté à la présence l’an dernier au stade de France pour la finale de la coupe de la Ligue 2011, Eric Gerets, qui a presque fait acte de candidature pour un retour sur Eurosport.fr: «Avec José Anigo, je n'ai jamais eu le moindre souci ou tracas. Avec les joueurs, c'était impeccable. Avec le public aussi. Mon retour? On ne sait jamais». Quant aux supporters, ils l’ont clairement désigné comme le responsable numéro 1. «En début de saison, on est venu nous voir, on nous a dit maintenant il y a un patron du sportif. Alors il faut savoir» argumente Franck Peyronel, des South Winners. DD est pourtant toujours en poste.

Labrune s’intérroge

Pire, alors que l’OM peut perdre tout espoir de disputer la coupe d’Europe l’an prochain dès samedi, certains en sont à prier pour que Chelsea ou la Roma ne s’intéresse pas à leur entraîneur. France Football faisait même état mardi d’une clause de sortie de 3,5 millions d’euros. Mais Deschamps pourrait finir par être licencié. Jusqu’ici soutien indéfectible, Vincent Labrune commence à se poser des questions après s’être fait contredire en direct sur Canal+ après OM-Dijon, puis après avoir vu le Basque perdre ses nerfs après la réception du Bayern Munich. En cas de défaite contre Lyon, il pourrait commencer à écouter sérieusement son vestiaire, où plus d’un se plaint d’entraînements qui se résument à des tournois de tennis-ballon.