Roland-Garros menacé de boycott par les joueurs?

TENNIS Ils réclament une meilleure dotation...

B. V.

— 

Le Central de Roland-Garros, lors de la demi-finale entre Rafael Nadal et Andy Murray, le 3 juin 2011.
Le Central de Roland-Garros, lors de la demi-finale entre Rafael Nadal et Andy Murray, le 3 juin 2011. — B.Tessier/REUTERS

Et si Roland-Garros 2012 n’avait finalement pas lieu. Encore à l’état d’embryon, cette hypothèse a pourtant de quoi effrayer les organisateurs du tournoi du Grand Chelem parisien. Selon L’Equipe, les joueurs professionnels de l’ATP auraient en effet menacé les organisateurs des tournois majeurs d’un «boycott» si les rémunérations n’étaient pas augmentées lors de ces quatre grands événements annuels. Menée par certains joueurs «du bas» comme l’Ukrainien Stakhovsky et les Russes Torsunov et Youzhny, mais aussi relayée par certains membres du «Big Four» dont Roger Federer, cette fronde est née du fait que les joueurs estiment ne pas toucher une part suffisante des profits générés par les majeurs.

En effet, en 2011, le tournoi de Roland-Garros a distribué comme dotation 17,5 millions d’euros, soit à peine 27% des 47,5 millions de bénéfices dégagés. Prenant exemple sur les sports américains (NBA, NFL…) qui reversent 50% aux acteurs, les joueurs de l’ATP grognent en demandant l’augmentation de ce ratio. Reste que la grève est pour l’instant hautement improbable. D’abord parce que Roland-Garros vient en effet d’augmenter dans une certaine mesure ses dotations (+7% par rapport à 2011) et parce que tous les joueurs ne se sentent pas forcément aussi concernés par ce combat que d’autres. Ainsi, Novak Djokovic et Rafael Nadal, qui jouent gros sur le prochain Roland, seraient contre le boycott, bien qu’en accord avec les revendications.

Guy Forget ne croit pas à la grève

De l’aveu même de Guy Forget, qui ne «croit pas à la grève», on a donc peu de chance d’assister à une révolution syndicale sur la terre battue. «Le positif, c’est que les Grands Chelems ont décidé d’écouter les joueurs et l’ATP, car les revendications de certains sont légitimes, poursuit le désormais ex-capitaine de l’équipe de France, toujours dans L’Equipe. Mais les joueurs ont besoin de jouer Roland-Garros pour leur rayonnement planétaire et leurs contrats.» La prochaine réunion, prévue à Madrid, pourrait être décisive en vue de l’apaisement.

>> Que pensez-vous de ces revendications? Les tennismen ne gagnent-ils pas suffisament d'argent pour se permettre de menacer de grève? Ont-ils raison de faire prévaloir leurs droits? Dites-nous votre avis en commentaires.