« Chauvin ? Un bon technicien mais pas une autorité naturelle »

— 

Waldemar Kita et Landry Chauvin ne se parlent plus. Ou si, par voie de presse. Nous avons décidé d'appeler Pascal Urano, président de Sedan, où Chauvin a officié pendant trois ans, pour en savoir davantage sur le coach nantais, très critiqué ces derniers jours. « Cela s'est bien, même très bien passé », concède Urano, tout en pointant du doigt certains défauts.

Etes-vous étonné de la guerre entre Kita et Chauvin ?
Est-ce que c'est la faute de l'un ou de l'autre, je ne sais pas. Entre Kita et Chauvin, je savais que ça serait moins long que les contributions…
Comment s'est passée votre collaboration avec Chauvin ?
Bien, même très bien. Sauf à la fin de son contrat, car il avait un pied dans un endroit (Sedan) et l'autre dans un autre (Nantes). Hormis la forme de son départ, je n'ai pas eu de problèmes avec lui.
Comment jugez-vous le coach ?
Il a vite appris son métier. Il a su vite manipuler la presse, ou plutôt se faire aider d'elle. Il n'a pas une autorité naturelle. Est-ce dû à son caractère ou sa jeunesse dans le métier ? C'est un bon technicien, oui, mais le management des hommes n'est pas sa qualité principale.Recueilli par D. P.