Ligue 1/OM: Didier Deschamps ne «va pas se suicider» après la défaite à Paris

FOOTBALL Après un match moins mauvais que d'habitude, les Marseillais s'inclinent à Paris mais cherchent à positiver...

B.V.

— 

Didier Deschamps constate amèrement la defaite de l'OM face au PSG lors du clasico du 8 avril 2012 au Parc des Princes.
Didier Deschamps constate amèrement la defaite de l'OM face au PSG lors du clasico du 8 avril 2012 au Parc des Princes. — REUTERS/Benoit Tessier

Il y a quelque chose de paradoxal dans la défaite de l'OM à Paris (2-1). Après ce «clasico», jamais l'OM n'a été aussi mal en point en Ligue 1 après 31 journée, et pourtant, les Phocéens ont certainement fourni dimanche soir leur moins mauvais match depuis bien longtemps. Difficile de dire que l'OM méritait de gagner, que les hommes de Deschamps ont largement dominé le PSG, mais force est de constater qu'ils ont de quoi avoir des regrets. «Il y avait des choses intéressantes, on s'est créé pas mal d'occasions et je pense qu'on méritait de ramener quelque chose de ce déplacement, constate impuissant le milieu de terrain Alou Diarra. Le contenu était bon mais on paye nos erreurs, il y avait la place ce soir.»

Conscient d'avoir «posé beaucoup de problème au PSG», l'international français regrette surtout les les errements défensifs à l'origine des deux buts parisiens, sur les deux seuls tirs cadrés des hommes d'Ancelotti. «C'est très sévère pour nous, voire injuste, confirme son entraîneur Didier Deschamps. Paris a été hyperréalisme. Steve Mandanda prend deux buts et il n'a pas eu un arrêt à faire... Autant l'an dernier on avait perdu sur le même score et Paris nous avait été supérieur autant ce soir je pense que c'est moins le cas. Mais à l'arrivée le score leur est favorable.»

Didier Deschamps: « C'est très sévère pour nous, voire injuste »

Désormais éliminé à coup sûr de toute course à l'Europe par voie de championnat, l'OM n'a plus qu'un seul objectif cette saison, la finale de la Coupe de la Ligue le week-end prochain. Un match important qui permet à Deschamps d'éviter de tomber dans la sinistrose. «Je ne vais pas me suicidez, ne vous inquiétez pas (rires...) C'est gentil de prendre soin de ma santé, mais je suis un entraîneur qui a perdu un match mais dont l'équipe a fait de bonnes choses. C'est rageant, dur à digérer mais il faut évacuer et le plus important et de refaire ce que l'on a fait ce soir.»

Alou Diarra enchaîne: «On manque de réussite, mais il faut la provoquer, cette réussite. Il ne faut pas voir que du négatif, on a vu un groupe concerné qui voulait se battre du début à la fin.» Et jusqu'à la fin du championnat?