Un « clasico » sous haute tension

— 

Yohan Montès, le pilier toulousain.
Yohan Montès, le pilier toulousain. — F. LANCELOT/SIPA

Le Stade Toulousain a beau être en tête du Top 14 et encore engagé en Coupe d'Europe, l'atmosphère n'était pas vraiment printanière cette semaine, du côté d'Ernest-Wallon. La vilaine défaite à Bordeaux (18-17) a créé une tension visible sur les visages Rouge et Noir, avant le duel, samedi (16 h 15) à Saint-Denis, chez un Stade Français (6e) en pleine renaissance.
Un « clasico » de nouveau alléchant pour se refaire une santé, et surtout un mental, une semaine avant le quart de finale de H Cup, à Edimbourg. « Il faut faire un bon match contre Paris et après on passera à la Coupe d'Europe », lance le pilier Yohan Montès. « Ce serait bête de se focaliser sur une rencontre un peu éloignée alors qu'il y a une grosse affiche qui nous attend », acquiesce le deuxième ligne Yoann Maestri. Guy Novès n'est pas vraiment sur la même longueur d'ondes que ses joueurs. « Ce week-end, certains vont à leur tour être ménagés, dans l'optique du quart de finale », assène le manager général, l'œil noir. Le patron a clairement défini la priorité.N. S.