Ligue des champions: Pour Didier Deschamps, il reste «une chance infime»

FOOTBALL Déçue d'être on ne peut plus proche de l'élimination, la plupart des olympiens reconnaissaient que si l'adversaire était nettement plus fort, ils ont eu le tort de se prendre un but au plus mauvais moment...

Romain Canuti, à Marseille

— 

Le joueur du Bayern Arjen Robben prend le dessus sur Stéphane Mbia, le 28 mars 2012
Le joueur du Bayern Arjen Robben prend le dessus sur Stéphane Mbia, le 28 mars 2012 — Laurent Cipriani/AP/SIPA

L’OM jouait gros sur ce quart de finale de Ligue des champions. A voir l’implication des joueurs, comme cela pouvait être le cas pour l’Inter Milan, il apparaissait clairement qu’un choix avait été fait, celui de se présenter dans les meilleurs dispositions possibles en Ligue des champions. Tant pis pour le reste. Au moins, les Olympiens savent à quoi s’en tenir. Avec une défaite 2-0 à domicile, il ne leur reste quasiment plus d’espoir.

«On a une chance, mais elle est infime» soupire Deschamps. Dans les statistiques, cela donne moins d’un 1% sur les précédents cas en coupe d’Europe. Mais visiblement, Alou Diarra ne veut pas y penser : «Il reste un exploit à faire à Munich. On sait que ça va être difficile mais bon tout est possible. On reste sur un exploit à Dortmund, à Milan, si on arrive à le faire là, ça serait extraordinaire. Maintenant il ne faudrait pas répéter nos erreurs».

Margarita veut relancer le championnat

Comme celle de se prendre un contre meurtier, juste avant la pause. Car l’OM n’a pas attendu la fin de la manche aller pour dire adieu à son aventure européenne. L’affaire était déjà pliée au terme du premier acte. « Je pense qu’en première mi-temps on avait fait des choses plutôt pas mal même si le Bayern a montré toutes ses qualités. Après on prend ce but qui nous fait mal. Par rapport à ce qu’on avait fait c’était dur de rentrer au vestiaire comme ça » analyse Deschamps. « Après, en deuxième mi-temps, on a beaucoup couru dans le vide.

>> Revivez ce match en live comme-à-la-maison

On a donc laissé des espaces et on a pris ce deuxième but » poursuit Valbuena. Si Deschamps pense que son équipe sera motivé pour le retour, Fanni est inquiet : «Il ne faut pas se leurrer. Je disais ça avec certains joueurs, c'était comme un bouclier, le fait qu'on soit qualifié tenait un peu tout le monde à flot. En étant éliminé (sic) ça risque d'être un peu plus délicat». Heureusement, Margarita Louis-Dreyfus a rappelé les objectifs du club : «Pour moi la situation en ligue française est quelque chose de plus important. C'est compliqué, mais ce n'est pas fini ».