La France gagne contre la Chine mais perd Cissé

— 

L'attaquant de l'équipe de France de football Djibril Cissé est sorti du terrain sur une civière à la 13e minute du match amical contre la Chine, mercredi à Saint-Etienne, touché à la jambe droite dans un choc avec Zheng Zhi, qui luttait avec lui pour le ballon.
L'attaquant de l'équipe de France de football Djibril Cissé est sorti du terrain sur une civière à la 13e minute du match amical contre la Chine, mercredi à Saint-Etienne, touché à la jambe droite dans un choc avec Zheng Zhi, qui luttait avec lui pour le ballon. — Pascal Pavani AFP

L'équipe de France de football a battu la Chine (3-1) mercredi à Saint-Etienne pour son dernier match de préparation mais a probablement perdu un titulaire, Djibril Cissé, sérieusement blessé à la jambe droite, laissant un goût amer à des Bleus qui vont rallier l'Allemagne jeudi sans leur N.9.
Avant le Mondial-2002, il y a eu la cuisse gauche de Zinédine Zidane, blessé lors de l'ultime match de préparation des Bleus contre la Corée du Sud (3-2). En 2006, il y a désormais la jambe droite de Cissé contre la Chine.
Même s'il n'y avait pas de communication médicale au coup de sifflet final, Cissé, touché à la 10e minute dans un choc avec le capitaine chinois Zheng Zhi et évacué hors du stade à la 31e minute, semblait ne plus pouvoir disputer un Mondial qu'il avait presque l'assurance de commencer comme titulaire. Le sélectionneur Raymond Domenech venait en effet de l'introniser comme son "onzième homme".

Les coéquipiers de Cissé, qui ont accouru auprès de lui après sa blessure, ont tout de suite perçu la gravité de la situation. Leurs gestes et leurs inquiétudes ne trompaient pas, ni le message de Gallas à l'adresse de Domenech: "C'est mort", a-t-on pu ainsi lire sur ses lèvres à la télévision.
Evacué vers l'hôpital de Saint-Etienne, l'avenir de Cissé, 24 ans, ne passera donc plus par l'Allemagne ni peut-être non plus par Marseille (L1), où son arrivée en provenance de Liverpool était pourtant imminente. C'est plutôt une nouvelle fois vers la table d'opération qu'il va devoir se diriger.
Car une malédiction semble s'acharner sur l'ex-Auxerrois, déjà privé d'Euro-2004 au Portugal en raison d'une suspension dont il avait écopé avec les Espoirs et qui s'était très gravement blessé à la jambe gauche (double fracture tibia péroné) quelques mois plus tard, en octobre 2004. Cissé n'avait d'ailleurs pas rejoué avant avril 2005.
En attendant le degré de gravité exact de la blessure de Cissé, Raymond Domenech doit donc désormais désigner un nouvel 11e homme, très probablement David Trezeguet, entré en jeu à la place de Cissé face à la Chine, mais aussi trouver un 23e homme...
Et le choix est restreint: Nicolas Anelka, Sidney Govou ou Robert Pires sont des solutions possibles mais aussi des vacanciers... Ludovic Giuly semble lui avoir exclu de servir de roue de secours. Le sélectionneur va-t-il encore surprendre son monde et appeler un attaquant des Espoirs, qui viennent de terminer l'Euro au Portugal et sont encore frais ?

Eclipsé par la blessure de Cissé, le succès face à la Chine a partiellement rassuré. Le bilan comptable est impeccable -après deux succès face au Mexique (1-0) et au Danemark (2-0)- mais les Bleus n'ont pas forcément fait le grand plein de confiance à six jours de leur premier match en Coupe du monde, le 13 juin face à la Suisse.
Au rayon des satisfactions, Zinédine Zidane a paru en nets progrès, pour son tout dernier match en France, jouant beaucoup plus vers l'avant que lors des précédents matches, et Franck Ribéry, acteur sur les deux derniers buts français, a encore apporté toute la sève de ses 23 ans...
Ce n'est toujours pas le cas de Patrick Vieira, décidément peu à l'aise à droite du milieu et qui a terminé sur les rotules, remplacé par un Ribéry aux entrées en jeu toujours aussi tranchantes.
Ce n'est pas faute d'avoir essayé de faire aussi bien que les Suisses samedi face à cette même équipe (4-1), mais le bloc chinois, très dense, n'a offert que peu d'ouvertures. La France s'est cassée les dents sur des Chinois au jeu accrocheur, voire viril. Au grand malheur de Cissé.