Championnats de France: Laure Manaudou à une marche des Jeux de Londres

NATATION Malgré une journée agitée avec la fermeture de son compte Twitter, la Française n'a plus qu'une course à nager pour se qualifier pour les JO...

Romain Scotto, à Dunkerque

— 

La nageuse française Laure Manaudou, lors des championnats de France de Dunkerque, le 19 mars 2012.
La nageuse française Laure Manaudou, lors des championnats de France de Dunkerque, le 19 mars 2012. — D.Charlet/AFP

Bonnet blanc et combinaison framboise écrasée, Laure Manaudou a réussi son petit effet pour son entrée aux championnats de France de Dunkerque (Nord). Dans la piscine Asseman, cela s’est traduit par deux premiers chronos très encourageants sur 100m dos. Qualifiée pour la finale de l’épreuve mardi soir, la meilleure nageuse française de l’histoire s’est un peu plus approchée des Jeux de Londres. Une place dans les deux premières et un nouveau temps minima en poche et la championne olympique d’Athènes validera officiellement son ticket pour les Jeux.

Pour l’instant, pas question pour la revenante de parler de Londres. «On reste concentrés sur ces qualifications. Demain soir on en parlera peut-être», avoue son coach américain, Richard Long, détaché spécialement de l’Université d’Auburn. Pour lui, la Française peut encore améliorer ses performances, mardi en vue de la finale, si elle ajoute une petite dose de «contrôle» à sa nage.

Obligée de fermer son compte Twitter

«Ça ne pouvait pas être pire puisque j’ai raté mon virage et mon arrivée. Réaliser des temps me stresse parce que je n’y suis plus habituée. Rien n’est encore gagné. J’espère que j’en ai encore sous le pied parce qu’il reste la plus grosse marche à franchir», souligne la jeune femme, dépossédée un peu plus tôt de son record de France du 400m par Camille Muffat. L’événement aurait pu la perturber. Il a pourtant eu beaucoup moins d’effet que «l’affaire» qui a animé sa journée. Au sec, cette fois.

En fin de matinée, la nageuse du Cercle de Marseille a été contrainte de fermer son compte Twitter, après les violentes réactions des internautes à une série de tweets maladroits sur la tuerie de Toulouse. L’épisode l’a ramenée quatre ans en arrière quand chacun de ses faits et gestes était épié et souvent critiqué. «Pour moi, tout le monde était beau, tout le monde était gentil. Apparemment, non. Ça m’a touchée, je ne m’attendais pas à ça. J’ai préféré quitter Twitter que de lire des choses négatives sur moi. Cela m’a atteint en 2008, ça ne m’atteindra pas maintenant.» Au moins jusqu’à 18h35 mardi soir, l’heure de sa première finale.