Ligue 1:Les Aiglons ne se remplument pas à Sochaux

FOOTBALL En manque d’efficacité, les Niçois s’inclinent en Franche-Comté (2-0)...

A Sochaux, Floréal Hernandez

— 

Les Sochaliens célèbrent l'un de leurs buts marqués contre Nice le 18 mars 2012. 
Les Sochaliens célèbrent l'un de leurs buts marqués contre Nice le 18 mars 2012.  — SEBASTIEN BOZON / AFP

Fin de série pour les Niçois. Eux qui restaient sur trois matchs sans défaite en Ligue 1 ont chuté à Sochaux (2-0), dimanche soir, et relancé un adversaire pour le maintien qu’ils ne devancent qu’à la différence de buts (-7 contre -15). A l’image de Kevin Anin, les Niçois se sont beaucoup dépensés mais n’ont pas pesé offensivement. Calé une partie du match sur le côté droit, Anin a multiplié les rushs vers l’avant et les centres mais s’est révélé brouillon. On a senti que le milieu avait quelque chose à prouver à son ancien public. Accueilli par une bronca après son départ précipité cet hiver du Doubs, les supporters sochaliens l’ont sifflé tout le match. «Ce qui lui a réservé le stade Bonal est à bannir, a réagi René Marsiglia. Les gens ont la mémoire très courte. Mais je ne regrette pas de l’avoir titularisé.»

Autre déception de l’entraîneur niçois, le manque de réalisme de son équipe. Car à force de rater, les Aiglons ont laissé Sochaux s’installer dans le match et Edouard Butin les a punis juste avant la mi-temps d’une demi-volée du droit. «C’est dur à digérer, note Marsiglia. Car on a été bons en début de match avec cinq ou six occasions. Mais à mon grand étonnement, on n’a pas su les concrétiser.» Les Niçois, sans idée, ont concédé un second but par Marvin Martin (69e). Le coach azuréen promet une réaction rapide. «Je suis certain qu’elle va intervenir.» Pour les supporters niçois, la prochaine réception de Marseille constitue le meilleur moment pour réagir.