Rugby (Top 14) : Stade Français, à un détail près...

©2006 20 minutes

— 

« Contre Toulouse, cela va se jouer sur un détail, un coup de dé », avait prévenu David Auradou. Le capitaine parisien avait vu juste. Une chandelle mal négociée par Juan Hernandez et sanctionnée par un drop décisif de Jeff Dubois, une dernière tentative ratée d'Alain Penaud... Battu 12-9 samedi à Lyon par le Stade Toulousain, le Stade Français est passé à deux doigts d'une quatrième finale nationale consécutive.

« On a eu l'impression d'avoir fait l'essentiel du jeu. Et concernant le fait d'avoir pris les pénal-touches et non tapé les pénalités, c'est un choix qu'on assume tous », assure le centre Geoffroy Messina. « On avait pourtant travaillé le jeu au pied, regrettait pour sa part Fabien Galthié. Mais je ne peux rien reprocher à mes joueurs. Sur le fond, il y avait tout, mais on a quand même perdu. » L'entraîneur du Stade Français n'a pas amélioré son bilan de deux finales perdues en deux saisons, mais il refuse de se laisser abattre. « J'ai attendu dix-sept ans avant d'être champion en tant que joueur. En sport, tout ne vient malheureusement pas tout de suite. »

Pour décrocher enfin le Bouclier de Brennus, Galthié disposera la saison prochaine d'un effectif à peine retouché. Moni (retraite), Lemoine et Henn en partance pour Montauban, et Penaud (entraîneur de Lyon) devraient prochainement être remplacés. Les arrivées d'Alexandre Albouy (Castres) et Nicolas Jeanjean (Toulouse) seront prochainement officialisées par le président Max Guazzini.

Sébastien Bordas