Euro 2012: Eric Abidal absent de l'équipe de France, ça changerait quoi?

FOOTBALL Sauf miracle, Laurent Blanc va devoir composer sans l'un de ses cadres...

A.P.

— 

Eric Abidal à la lutte avec le Belge Eden Hazard, le 15 novembre 2011 au Stade de France.
Eric Abidal à la lutte avec le Belge Eden Hazard, le 15 novembre 2011 au Stade de France. — C.PLATIAU/REUTERS

La question peut paraître anecdotique, comparée à la situation que vit Eric Abidal avant sa greffe de foie. Mais le forfait plus que probable du Barcelonais et vice-capitaine des Bleus pour le prochain championnat d’Europe amène Laurent Blanc à revoir ses plans dans le secteur défensif de l’équipe de France.

Evra est-il assuré d’être titulaire?

Avec Lloris, Benzema et Mexès, Eric Abidal était l'un des rares titulaires indiscutables d’une sélection où une hiérarchie peine toujours à se dégager. Privé de son latéral gauche attitré, Laurent Blanc dispose de trois remplaçants potentiels mais d’aucune garantie.

Patrice Evra apparaît comme le favori logique. L’ancien Monégasque a l’expérience pour lui. Sauf que l'Evra en sélection a toujours été loin du niveau du Evra de Manchester United. Déjà remarquable sous l’ère Domenech, le mal est toujours le même avec Blanc. Sans oublier que l’ombre de Knysna plane toujours au-dessus du seul capitaine gréviste d’une équipe en Coupe du monde.

Clichy, Mathieu et Réveillère en embuscade

Derrière Evra, la logique et l’ancienneté voudraient que Gaël Clichy soit l’autre arrière gauche. Sauf que le défenseur de Manchester City souffre du même mal. Malgré onze sélections, ses prestations convaincantes ne se comptent même pas sur les doigts d’une main. Le sélectionneur semble partager ces doutes puisqu’il zappe Clichy de ses listes depuis mars 2011.

Un troisième homme peut profiter de la situation: Jérémy Mathieu. A Valence, l’ancien Toulousain est considéré comme l’un des tous meilleurs arrières gauche du championnat d’Espagne. Très porté sur l’attaque, Mathieu a pour lui une qualité de centre rare chez les latéraux français. Il s’est aussi montré plutôt convaincant contre les Etats-Unis à l’automne dernier pour sa première sélection.

Capable d’évoluer aussi bien à droite qu’à gauche, le Lyonnais Anthony Réveillère présente le profil parfait du numéro deux. Sauf que Laurent Blanc semble plutôt l’imaginer à droite, où il est en concurrence avec Bacary Sagna pour être la doublure de Mathieu Debuchy.

Une place de plus dans l’axe

L’absence d’Abidal change aussi la donne au niveau de la charnière défensive. Avant la terrible annonce de jeudi, Blanc avait pour projet de s’envoler pour l’Ukraine avec trois axiaux (Mexès, Rami et Sakho). Le sélectionneur comptait sur la polyvalence du Barcelonais pour éventuellement dépanner. Il va sans doute revoir ses plans et tendre la main à Laurent Koscliekny ou Younès Kaboul, deux joueurs qui présentent assez peu de garanties en équipe de France.