Tournoi des VI Nations: France-Angleterre (22-24) à revivre en live comme-à-la-maison

A.M. (S.B. pour le live)

— 

Jean-Baptiste Poux, ballon en main, contre l'Angleterre, le 11 mars 2012, au Stade de France.
Jean-Baptiste Poux, ballon en main, contre l'Angleterre, le 11 mars 2012, au Stade de France. — F.FIFE/AFP
France 0-0 Angleterre
80e: C'est fini! Les Anglais s'imposent à Saint-Denis, au terme d'une rencontre lors de laquelle les hommes de PSA auront manqué leur première mi-temps. Comme d'ab. Les Bleus disent adieux à une victoire dans le tournoi et iront jouer à Cardiff pour le style.
79e: En avant de Rougerie, l'équipe de France va s'incliner.
78e: Duuuuuuuuuuuuuuuuuur... Le drop de Trinh-Duc, bien décalé par Parra, passe juste en dessous des poteaux...
77e: Bien sûr, l'équipe de France met le paquet à quelques minutes de la fin. Et le Stade de France se réveille sur une chevauchée fantastique de l'ange blond Rougerie.
76e: La France a trois minutes pour aller chercher une pénalité.
74e: Bien décalé par Parra sur son aile, le Clermontois inscrit son quatrième essai en quatre sélections. Parra transforme magnifiquement!
74e: Et boum l'essai de Fofana!
73e: Belle inspiration de Beauxis qui tape un coup de pied en profondeur pour Fofana. Foden s'empare du ballon in extremis.
71e: Et ce qui devait arriver arriva. Nouveau trou dans la défense française, exploité par Croft, qui à l'essai comme un trois-quart. La France l'a dans le baba. En même temps quand c'est Beauxis en couverture derrière... Farrell transforme.
70e: Il reste dix minutes aux Français pour punir le quinze de la Rose. C'est pas le moment d'en prendre un... 

69e: Beauxis transforme! Les Bleus reviennent grâce aux erreurs anglaises. Un petit essai ne ferait pas tache.
68e: Les Anglais sont une nouvelle fois pénalisés. Beauxis "a la distance" comme dirait ce cher Fabien Galtier. La France peut revenir à deux points.
67e: Picamoles prend la place de Julien Bonnaire, qui sort sous les ovations timides des timides supporteurs du timide stade de France.
66e: Dans la foulée, ce bon vieil Imanol est pénalisé. Mêlée anglaise.
65e: Morgan Parra transforme une belle pénalité! Les Français reviennent à cinq points.
64e: Sharples va reprendre sa place côté anglais, et Morgan laisse sa place à Dawson. Ouais, comme la série.
63e: Nouvelle percée de Wesley Fofana, qui visiblement, va beaucoup trop vite pour qu'un partenaire puisse le suivre. Une nouvelle fois sans solutions, le Clermontois est obligé d'y aller seul.
61e: Vu qu'il ne se passe absolument rien, on peut vous embêter et vous dire que le PSG domine outrageusement sur la pelouse de Dijon. Ouais, on sait, le football, c'est pas vraiment les valeurs de l'ovalie, mais au moins, on s'ennuie pas aujourd'hui.
59e: La France a décidément du mal en mêlée aujourd'hui. On vient de perdre Nicolas Mas sur celle la.
58e: Evidemment, on a porté la poisse à Servat qui vient de se faire chiper un ballon en touche.
56e: L'entrée de Servat fait du bien. C'est à se demander ce que Szarzewski foutait sur le terrain.
55e: Côté anglais, Palmer remplace Botha.


54e: Les Français tentent de profiter de la supériorité numérique par le biais de Fofana qui, après une bonne percée, semble avoir oublié Parra.
52e: Carton jaune pour l'ami Sharples, Parra gratte une bonne touche.
50e: Pénalité pour les Bleus suite à une bonne touche de Servat. Parra a remplacé Dupuy, mais c'est Beauxis qui s'élance. Le Français foire sa tentative.
48e: Servat et Debaty remplace Szarzewski et Poux. 
48e: Pénalité transformée par Farrell.
47e: Les Bleus ont eu chaud sur une relance au pied contrée, que les Anglais n'ont pu exploiter. Dans la foulée, Fofana, qui s'envolait seul dans le camp anglais, est pénalisé pour un en avant.
46e: Bon, on s'ennuie ferme là, on croirait voir l'équipe de France de football.
44e: Serge Blanco est attentif, en tribunes. Par contre, il a l'air de s'être enfilé quelques petits four, le gourmand.
43e: Sinon, on attend toujours l'essai de Wesley Fofana. Allez mec, tu nous as donné de mauvaises habitudes...
41e: Boum, la première passe totue pourrie de Beauxis. Ca se voit, les Français ont envie de faire mieux, mais pour le moment, ils n'y arrivent pas.
40e: C'est reparti au Stade de France!
40e: C'est la mi-temps au Stade France. Les Bleus rentrent aux vestiaires sous les sifflets de ceux qui se prennent pour des supporteurs.
39e: Beauxis transforme et permet à l'équipe de France de revenir à cinq points de l'Angleterre!
38e: Excellente récupération aérienne d'Harinordoquy qui, couplée à l'indiscipline anglaise, offre une pénalité compliquée à Beauxis. Dupuy pisse le sang de l'oreille.
36e: Vincent Clerc cède sa place à Maxime Mermoz. Fofana remplace le Toulousain à l'aile.
34e: Longue phase de conservation des Anglais pendant que Pascal Pape est soigné par le médecin de l'équipe de France. Une bonne récupération de Dupuy permet aux Bleus de souffler.
33e: Les Français finissent un peu mieux la mi-temps, sous les yeux de Jean-Pierre Papin, qui n'a pas l'air de comprendre grand chose.
32e: Dupuy passe une pénalité importante, les Bleus recollent un peu...
31e: Rougerie se fait embrouiller par deux anglais après un petit plaquage sympa sur Ashton lors duquel il lui chatouille les bijoux de famille. Le Clermontois, pas appeuré, distribue les claques.
29e: Seul face à deux anglais, Pointrenaud tente une feinte pour aller applâtir mais se fait dégommer. Un peu de soutien n'aurait pas été superflu..
28e: Imanol git au sol pendant que le Stade de France s'enflamme pour la première fois suite à un rush de Julien Malzieu...
26e: La tentative de Farrell s'écrase sur le poteau! Les Français n'en demandaient pas tant...
25e: Les Anglais récupèrent une pénalité sur mêlée, une formalité pour Owen Farrell, qui devrait se faire un plaisir de mettre ça entre les poteaux.
23e: C'est de plus en plus compliqué pour l'équipe de France. Fébriles défensivement, les Bleus peinent également dans la création offensive. C'est pas jojo ce qu'il se passe là...
23e: François Hollande est là aussi. Mais il est pour qui au juste, la France ou la Rose?
21e: Les Français défendent mal pendant que les Anglais exploitent les brèches. Farrell distribue le jeu à merveille.
19e: C'est la débandade pour les Bleus. Les Anglais jouent bien. Va falloir faire gaffe les gars, jouer qu'une mi-temps, ça marche pas toutes les semaines...
17e: Deuxième essai anglais! Très réalistes en contre, les Anglais s'échappent au score grâce à Foden, qui vient applatir après une belle course. Farrell transforme.
16e: Sarko est en tribunes. C'est vrai que Villepinte, c'est pas loin.
16e: Ca passe, juste au milieu, tranquille.
15e: Les Anglais sont pénalisés, Beauxis va la tenter.
13e: Owen Farrell transforme malgré l'angle compliqué, et sa tête de gamin de douze ans.
12e: Essai de Tuilagui et de sa queue de rat. Même Baggio ne l'aurait pas mis celui la. Aurélien Rougerie est revenu, un peu trop tard...
12e: Sinon, il y a un moment où il va falloir parler de l'implantation capilaire de Dupuy.
10e: Bonne phase de conservation des Français. Julien Bonnaire, sur un exploit personnel, manque l'essai de quelques centimètres. Derrière, Fofana perd le ballon, les Anglais se dégagent.
9e: Plaquage haut de Tuilagui sur Rougerie, sanctionné par l'arbitre. Les Bleus grattent une bonne touche.
8e: La tentative de Dupuy passe à gauche des poteaux.
8e: Encore bousculés en mêlée, les Français récupèrent tout de même le ballon. Dupuy va tenter la première pénalité du match.
7e: Nouvelle mêlée compliquée pour l'équipe de France. Costauds, les Anglais.
6e: Tentative de drop de Beauxis après un bon travail des avants français. Dommage, on aurait dit un centre de Bernard Mendy.
5e: Sinon, Szarzewski, c'est suffisamment chiant à écrire pour qu'en plus, il soit mauvais en mêlée.
3e: Les Bleus se font bousculer d'entrée de jeu, l'entâme est difficile, les Anglais plus agressifs, à l'image de Foden, auteur d'une montée rugueuse.
2e: La première incursion anglaise a bien faillit être la bonne, par l'intermédiaire de Dickson. Oui, le fils de la bite.
1e: Les Anglais récupèrent la gonfle et grattent une belle touche grâce à Farrell. Rien à voir avec Colin. Quoique, la consommation d'alcool, on ne sait jamais.
1e: Première mélée, introduction Dupuy. Mélée compliquée.
1e: Lionel Beauxis donne le coup d'envoi!
15h59: Serge Betsen vient donner le coup d'envoi avec un enfant. A moins que ce ne soit Bernard Diomède. Et puis merde, le môme bouffe ses crottes de nez...
15h59: Selon Philippe Laffont, les conditions météorologiques sont parfaites. Mais ce qu'il ne sait pas, c'est qu'en matière de Laffont, on préfère Patrice. Pyramide, Pépita et surtout, Laurent Broomhead.
15h59: Belle marseillaise, on se croirait à Villepinte avec Sarko.
15h58: Les Anglais connaissent mieux les paroles de leur hymne que Franck Ribéry, ça, c'est sûr.
15h57: L'heure du Dieu sauve la reine.
15h56: Les joueurs entrent sur la pelouse. Y a pas à dire, ces petites mises en scène, ça marche toujours hein, toujours un petit frisson. Sauf quand on voit ces satanées perruques. Ronald Mac Donald n'a rien à foutre au SdF.
15h54: Sinon, on va briser un tabou tout de suite. Oui, les quinze joueurs anglais ont une tête à jouer dans un film de Guy Richie.
15h52: Côté France télé, on essaye toujours de pomper la présentation des joueurs sur Canal+, mais ça fonctionne quand même moins bien.
15h49: Sinon, France2 montre des images de Dusautoir qui s'échauffe seul dans la salle de douche, mais en fait, on dirait surtout qu'il remet la tecktonik au goût du jour, ce qui, il faut bien le dire, est assez gênant.
15h48: Evidemment, bonjour aux rugbywomen, aussi.
15h47: Salut les rugbymen du dimanche. Les choses commencent à se préciser lors de ce Tournoi des six nations. Grosso-merdo, les Français peuvent s'offrir une finale face au Pays de Galles, toujours invaincu, la semaine prochaine à Cardiff. Bon appétit à la France qui se lève tard, bon goûter aux autres.

Crunch time à l’heure du thé. Si un Grand Chelem n n’est plus d’actualité pour les Bleus, ce n’est vraiment pas une raison pour laisser filer le match du jour. D’abord parce qu’une victoire dans le Tournoi est toujours possible. Mais surtout parce que l’adversaire aujourd’hui n’est autre que l’Angleterre, le rival préféré des Français. Si même en rugby les traditions s’estompent, ce match vaut encore pour ce qu’il est. «Quand Français et Anglais se mettent sur la courge, les gens ont envie de regarder», a expliqué cette semaine Philippe Saint-André, le sélectionneur français. Entre deux équipes qu’on a déjà connues en meilleur forme, ça reste le meilleur argument publicitaire du Crunch.

Vous n’aimez ni la Guinness, ni David Beckham, et encore moins le XV de la Rose? Alors venez suivre ce France-Angleterre en live comme-à-la-maison à partir de 15h50