Devaux,le chantdu départ

Nicolas Stival

— 

Antoine Devaux intéresse notamment Valenciennes, où évolue Foued Kadir (numéro 14).
Antoine Devaux intéresse notamment Valenciennes, où évolue Foued Kadir (numéro 14). — F. Scheiber/20 Minutes

En trois saisons et 49 matchs (à ce jour) avec le TFC, Antoine Devaux a prouvé qu'il avait largement le niveau requis pour évoluer en Ligue 1. Pourtant, Olivier Sadran ne souhaite pas prolonger le contrat de l'ancien Havrais et Boulonnais (27 ans), qui expire en juin. « On ne sait jamais, le président peut revenir à la charge, mais je n'y crois pas trop, confie le milieu axial. C'est dommage, car je me sentais bien à Toulouse, où je commençais à connaître des gens en dehors du foot. » Le Normand ne devrait pas connaître les affres du chômage. Selon France Football, quatre clubs de L1 (Nice, Caen, Valenciennes et Brest) s'intéressent à lui. « Il y en a d'autres, un peu plus huppés, en France comme à l'étranger, ajoute Devaux. Avoir des contacts rapidement, cela fait énormément de bien. »

Un statut fragilisé
Se sentir désiré permet d'éviter de gamberger lorsque son statut se fragilise. Le milieu aux 18 matchs de L1 cette saison (deux buts) a perdu sa place de titulaire après la funeste réception de Saint-Etienne (0-1, le 12 février). Depuis, le TFC a enchaîné trois victoires. Samedi contre Lorient, Alain Casanova fera donc logiquement de nouveau confiance au duo Sissoko-Didot. « Je ne sais pas si j'aurais beaucoup de temps de jeu d'ici la fin de saison, glisse Devaux, dans une allusion à son futur départ. Après, je ne pense pas que ce soit le style du coach d'agir ainsi. Quoiqu'il arrive, je respecterai mon contrat. » C'est aussi ça, un joueur de club. W