« On ressent l'effet du Mondial »

— 

La Journée de la femme, c'est aujourd'hui. Le TFC la fêtera samedi contre Lorient, avec un tarif de 5 € et des animations gratuites pour les dames. Et les Violettes dans tout ça ? L'entraîneur Matthieu Vrillard fait le point.

Comment se porte le TFC féminin ?
Toujours aussi bien. La relégation en D2 n'a pas été un traumatisme trop important et n'a pas empêché de continuer à travailler sur les jeunes et les très jeunes, dès six, sept ans. On a 126 licenciées, soit une augmentation de trois à quatre filles par catégorie sur un an.

Y a-t-il un effet « Bleues », après

la 4e place lors du Mondial 2011 ?
Complètement. On le ressent avec les nouvelles venues, mais également avec les filles déjà au club. Elles se sentent davantage reconnues.

Le président Sadran n'a

jamais caché son manque

de passion pour le foot féminin…
Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un manque de passion, sinon la section féminine aurait été dissoute. Au contraire, le club s'y intéresse de plus en plus. Depuis deux ou trois ans, les filles sont davantage intégrées.

L'équipe première semble

bien partie pour remonter

en D1, un an après la relégation ?
On peut dire qu'on sera dans la bataille. Cela devrait se jouer entre Albi et nous, même si Monteux peut revenir en cas de faux pas.Recueilli par N. S.