Filip Djordjevic, poison-pilote du FCN

David Phelippeau

— 

Le Serbe Filip Djordjevic relève la tête depuis le début de l'année.
Le Serbe Filip Djordjevic relève la tête depuis le début de l'année. — F. Elsner / 20minutes

Lundi soir, contre Le Havre, il l'a encore tentée. Centre venu de la droite, d'une talonnade chère à Madjer, Djordjevic envoie le ballon sur le poteau... « C'est toujours risqué de tenter cela car si tu le loupes complètement, tout le monde peut en rire ! », reconnaît l'attaquant serbe de 24 ans. Le 13 janvier dernier, le gardien du SCO d'Angers Grégory Malicki en avait plutôt pleuré… La Madjer à la sauce Djordjevic avait trompé sa vigilance. Un geste osé qui prouve la confiance retrouvée de l'attaquant nantais, arrivé en janvier 2008 à la Jonelière. Auteur de quatre buts depuis le début de l'année en Ligue 2 (contre deux lors des six premiers mois), Djordjevic se rapproche davantage de la courbe de ses statistiques de la saison dernière (12 buts). « Il a connu six premiers mois compliqués, il était soi-disant sur le départ ou on lui avait promis un départ, explique son entraîneur Landry Chauvin. Puis il a eu quelques soucis personnels qui ont fait que ce n'était pas évident pour lui d'avoir la tête au football. Depuis la reprise, il est dans de bonnes dispositions… »

Une vraie teigne
Actif sur le front de l'attaque, le Serbe, qui a prolongé de deux ans en août dernier, l'est tout autant sur le plan défensif. « Il n'est pas avare d'efforts, poursuit son coach. Il a besoin de courir pour être bien dans le jeu. A mon sens, une équipe ce n'est pas dix mecs qui courent pour mettre des caviars à un type qui va marquer des buts ! »
Sur le terrain, Djordjevic, c'est une sangsue, une teigne. « Il pèse beaucoup, estime son coéquipier Olivier Veigneau. Il fatigue ses défenseurs. Parfois peut-être au détriment de sa lucidité... Mais il reste un joueur d'instinct, auteur de gestes de très grande classe ! » « Pas très explosif, selon Chauvin. Mais avec une grosse qualité de déplacement. Souvent au bon endroit, au bon moment. »

Landry chauvin redoute le voyage à istres

« Je n'ai jamais réussi avec Sedan là-bas. C'est à Istres qu'on avait perdu la montée la saison dernière… » Landry Chauvin, qui sera privé de Ngoyi (adducteurs), craint beaucoup le déplacement des Canaris (5es) à Istres (7e), vendredi soir. Une peur sans doute décuplée par les difficultés de ses joueurs hors de leurs bases : 17e de Ligue 2 avec 2 succès en 12 matchs.